Que voir au cinéma dès la réouverture des salles ce 9 juin?

Illustration © GETTY IMAGES
FocusVif.be Rédaction en ligne

On y est, enfin: dès ce mercredi, les vannes sont progressivement rouvertes pour la culture, les salles de cinéma notamment. Qu’aller y voir? Focus fait le topo.

1. De nouvelles sorties, souvent repoussées depuis longtemps

Nomadland ****(*), de Chloé Zhao

Se déployant dans l’immensité de l’espace états-unien, le film de Chloé Zhao, triplement récompensé aux Oscars, s’attache aux laissés-pour-compte en rupture de rêve américain.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Mandibules ***(*), de Quentin Dupieux

Quentin Dupieux déroule les aventures de deux gentils benêts aux prises avec une mouche géante dans une comédie sagace sous ses délires crétins.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Cruella ***(*), de Craig Gillespie

Sans rompre radicalement avec les canons narratifs Disney, Cruella leur imprime un lifting ébouriffant.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Sons of Philadelphia ***, de Jérémie Guez

Avec Sons of Philadelphia, le jeune réalisateur français Jérémie Guez signe un film noir inégal mais prometteur infusé de passion cinéphile.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Miss ***, de Ruben Alves

C’est l’histoire d’Alex, un gamin qui, à neuf ans, n’a qu’un rêve: devenir Miss France. Une fable jouant des clichés pour mieux les désamorcer.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Love Sarah **(*), d’Eliza Schroeder

Afin d’honorer la mémoire de Sarah, disparue accidentellement, sa fille, sa mère et sa meilleure amie s’unissent pour réaliser son rêve: ouvrir une boulangerie à Notting Hill. Charmant mais quelque peu insipide.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

The Conjuring: The Devil Made Me Do It **(*), de Michael Chaves

Le couple star de la franchise The Conjuring fait face à une affaire de meurtre inspirée d’un procès bien réel où un homme a plaidé la possession démoniaque comme ligne de défense.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Voyagers *(*), de Neil Burger

Neil Burger rejoue Sa Majesté des Mouches à la lueur des étoiles. L’ennui intersidéral n’est jamais bien loin.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

2. Des films déjà sortis avant le reconfinement mais qui n’ont été que très peu exploités en salles et connaissent une deuxième vie aujourd’hui

Drunk ****, de Thomas Vinterberg

Thomas Vinterberg retrouve Mads Mikkelsen pour ce film qui ne verse ni dans l’apologie facile de l’alcool, ni dans le récit lourdement moralisateur.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Adieu les cons ****, d’Albert Dupontel

Voilà un quart de siècle déjà –Bernie, c’était en 1996- qu’Albert Dupontel construit une oeuvre décalée et généreuse, signant, à intervalles plus ou moins réguliers, des petites perles burlesques et allumées célébrant, l’air de rien, les recalés de l’existence.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Slalom ***(*), de Charlène Favier

La Française Charlène Favier convoque quelques-uns des motifs emblématiques de l’univers des contes pour mettre en scène l’emprise abusive d’un entraîneur de ski sur sa jeune protégée. Un premier film graphiquement réussi et au propos incisif.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

3. Des films primés lors de la version en ligne du festival Millenium, qui sont aujourd’hui montrés sur écrans

Dernier festival de cinéma qui a eu lieu en 2020 avant le reconfinement de la culture, le Festival Millenium sera le tout premier à retrouver le chemin des salles, du 10 au 20 juin prochains. Les cinémas Galeries, Vendôme et CIVA accueilleront durant cette période une programmation constituée des films primés issus de la compétition internationale, de la compétition jeunes cinéastes belges et de la compétition cinéma belge ainsi qu’une sélection de films coup de coeur.

« Après avoir organisé une 13e édition en ligne, le désir de retrouver notre public en salles était une nécessité. Le Millenium « In Cinemas » représente une véritable bouffée d’oxygène et incarne un regard tourné vers l’avenir », souligne Zlatina Rousseva, directrice artistique du festival.

Partner Content