Bons plans sorties pour le week-end: Stellar Swamp, Pierre et Gilles, Duncan Campbell...

17/02/17 à 12:29 - Mise à jour à 13:13

Festivals, ciné, expos, concerts, clubbing... Comme chaque semaine, Focus fait le tri dans l'agenda culturel pour vous proposer le meilleur du week-end.

Bons plans sorties pour le week-end: Stellar Swamp, Pierre et Gilles, Duncan Campbell...

Les deux marins, autoportrait 1993. © Pierre et Gilles

Pierre et Gilles

CLAIR-OBSCUR, JUSQU'AU 14/05 AU MUSÉE D'IXELLES, 71 RUE JEAN VAN VOLSEM À 1050 BRUXELLES. WWW.MUSEEDIXELLES.IRISNET.BE

Les images de Pierre et Gilles défient la gravité négative du monde dans un délire de couleurs plus ou moins sexuées, laissant au-delà de l'hédonisme précieux une trace sentimentale voire humaniste. Une riche rétrospective s'installe au Musée d'Ixelles.

Notre interview/portrait de Pierre et Gilles.

Stellar Swamp

SOIRÉE "OFF" LE 17/02 À L'EDEN, CHARLEROI. WWW.STELLARSWAMP.BE

Phoenician Drive

Phoenician Drive © MEHDI BENKER

Le troisième "Psych Fest" à la belge s'offre cette année une extension à Charleroi, avec une soirée "off" en amont de l'événement dans les murs de l'Eden ce 17 février. À l'affiche, du psyché 100% européen: Radar Men from the Moon, Phoenician Drive et Rats on Rafts. La suite les 3 et 4 mars à l'Atelier 210 et au Magasin 4.

Notre interview de Valérian Meunier, instigateur du Stellar Swamp.

Cinéma vérité

DUNCAN CAMPBELL, JUSQU'AU 26/03. WWW.WIELS.ORG

Bernadette (2008)

Bernadette (2008) © DUNCAN CAMPBELL

Depuis qu'il est à la tête du Wiels, Dirk Snauwaert signe une programmation audacieuse qui refuse de s'aligner sur les formats en cours. Courageusement, il dessine les contours d'une "petite histoire de l'art" propre à ce lieu favorisant la diffusion de l'art contemporain. Outre l'excellente exposition dédiée à Sven 't Jolle, artiste belge à peine représenté dans son propre pays, Snauwaert a eu la bonne idée de faire place au travail de l'artiste vidéaste irlandais, basé à Glasgow, Duncan Campbell. Prix Turner 2014, l'homme s'est taillé une réputation en airain pour son oeuvre exigeante. Pétri des démarches d'un Chris Marker, d'un Harun Farocki ou d'un Pier Paolo Pasolini, Campbell se sert de matériel d'archives pour approcher la difficile notion de "vérité". Mais l'influence la plus marquante est sans doute celle de Samuel Beckett, compatriote dont il connaît l'oeuvre jusque dans le moindre recoin. Comme l'auteur de Fin de partie, Duncan Campbell s'est mis en quête de proposer une forme "non naturaliste, non illusionniste, non industrielle qui donne au cinéma la chance de devenir autre chose qu'un divertissement commercial et réaliste".

Trois oeuvres témoignent de cette démarche rétive à dérouler une histoire: It for Others (2013), Bernadette (2008) et o Joan, no... (2006). Ardue, la première proposition, à laquelle l'intéressé doit son Turner, fait référence directe aux pièces réalisées pour la télévision par Beckett. Ce poème visuel s'attache à déconstruire la manière dont la valeur est attribuée aux images. Passionnante, la deuxième oeuvre a des allures de "found footage" démontant les rouages de la spectacularisation de la figure de Bernadette Devlin, sorte d'Angela Davis de la cause catholique en Irlande du Nord. Enfin, o Joan no... est un court métrage expérimental tenant à la fois du film d'animation non analogique et de la pièce radiophonique. On soulignera l'impeccable intégration physique de ces langages dans l'espace muséal. (M.V.)

Echoes of Jihlava

JUSQU'AU 19/02, AU CINÉMA NOVA À BRUXELLES. WWW.NOVA-CINEMA.ORG

A Dazzling Light of Sunset

A Dazzling Light of Sunset

Pour la cinquième année consécutive, le cinéma Nova, à Bruxelles, propose une sélection des meilleurs films du festival de Jihlava, en Tchéquie, spécialisé dans le cinéma documentaire du centre et de l'est de l'Europe. Quinze films, courts, moyens et longs, composent ce programme qui sonde notamment le clash persistant entre modernité envahissante et modes de vie traditionnels, de l'Ukraine (A Hole in the Head) à la Géorgie (A Dazzling Light of Sunset), et l'on en passe. (J.F. PL.)

Reine des objets

FOCUS AGNÈS LIMBOS. JUSQU'AU 24/02, THÉÂTRE LA MONTAGNE MAGIQUE ET THÉÂTRE DE LA PLACE DES MARTYRS, À BRUXELLES. WWW.LAMONTAGNEMAGIQUE.BE ET WWW.THEATRE-MARTYRS.BE

Ressacs

Ressacs

La montagne magique (plutôt pour les enfants) et les Martyrs (plutôt pour les adultes) s'associent pour la première fois afin de consacrer un petit best of à Agnès Limbos, papesse belge du théâtre d'objet (aussi bien pour enfants que pour adultes). Pendant quinze jours sont exceptionnellement programmés Petites fables (8+), créé en 1998, Conversation avec un jeune homme (13+), datant de 2011, et le plus récent Ressacs (14+). Au menu également, Carmen, de la très douée compagnie Karyatides, fille spirituelle de la compagnie Gare Centrale menée par Limbos depuis plus de 30 ans. (E.S.)

2ManyDJ's

LE 18/02, AU CADRAN, LIÈGE. WWW.LECADRAN.BE

Bons plans sorties pour le week-end: Stellar Swamp, Pierre et Gilles, Duncan Campbell...

© Noah Dodson

Après avoir déjà réalisé l'exercice au Fuse bruxellois, les frères Dewaele (2ManyDJ's) viendront cette fois présenter leur label Deewee au Cadran liégeois. Grosse bamboule en perspective.

Catclub

LE 18/02, À LA WILD GALLERY, 1190 BRUXELLES. WWW.CATCLUB.BE

La dernière fois, la fiesta prévue à Cureghem, à l'occasion du Nouvel An, avaît dû être annulée, faute d'autorisation de la police. Pour sa première fiesta de 2017, Catclub promet donc de se rattraper. De retour à la Wild Gallery, la soirée prévoit notamment un live de Harald Björk et un set de Paul du Lac, patron du label néerlandais Bio Rhythm.

Just Blaze

LE 18/02, AU BLOODY LOUIS, 1000 BRUXELLES. WWW.BLOODYLOUIS.BE

Fidèle à sa réputation de spot le plus couru des (jeunes) amateurs de rap-r'n'b, le Bloody (et les soirées Forever Young) propose à nouveau un poids lourd US, en la personne de Just Blaze, producteur maousse costaud au CV hallucinant (Kanye West, Jay Z, Kendrick Lamar, Beyoncé...).

Assemblage

BROOK ANDREW, GALERIE NATHALIE OBADIA, 8 RUE CHARLES DECOSTER, À 1050 BRUXELLES. JUSQU'AU 01/04. WWW.NATHALIEOBADIA.COM

SUNSET IV

SUNSET IV © BROOK ANDREW

Pas assez représentée sous nos latitudes, la scène artistique de la région Asie-Pacifique n'en est pas moins dotée d'une belle vitalité. La preuve avec Brook Andrew (1970), plasticien pluridisciplinaire originaire d'Australie. En 2017, Andrew aura les honneurs d'une première rétrospective mise sur pied par la National Gallery of Victoria de Melbourne. La galerie Nathalie Obadia lui consacre un accrochage quasi simultané qui reprend une série de travaux antérieurs. Ceux-ci permettent une vision panoramique de l'oeuvre de cet artiste, travaillée par la période coloniale australienne. L'approche documentaire qu'il en propose n'est en rien facile, Andrew juxtapose les différentes lectures d'une même réalité, celles des dominants et des dominés. Structures gonflables lourdes de sens, peintures recouvertes de couches conflictuelles ou bouleversants portraits qui sont des agrandissements de visages "exotiques" présentés à des fins pittoresques, toute la violence de la domination de l'homme par l'homme est restituée sous une forme imparable. (M.V.)

Sorties ciné de la semaine

Bons plans sorties pour le week-end: Stellar Swamp, Pierre et Gilles, Duncan Campbell...
Le film de la semaine: Harmonium **** de Kôji Fukada, un film tout simplement vertigineux;

Silence ***: Scorsese interroge l'absolu de la foi, pose bien le problème mais peine à trouver l'absolution;

Planetarium ***(*) de Rebecca Zlotowski, avec une Natalie Portman glamourissime;

Tramontane ***, la cécité comme métaphore;

Ouvert la nuit ***, plein de charme et d'inconséquence à l'image d'Edouard Baer;

A Cure for Life ***(*), le talent barnumesque de Gore Verbinski pour l'image-sensation;

L'Empereur ***, la suite un peu trop évidente du triomphale La Marche de l'Empereur.

Nos partenaires