Janvier 2018. Valérie Zenatti est en train de fêter le nouvel an à Paris quand elle apprend la mort d'Aharon Appelfeld au même moment à Tel Aviv, à 85 ans. La jeune femme entre dans un état de sidération et de tremblement. Ce qui liait le grand écrivain israélien, prix Médicis en 2004 pour Histoire d'une vie, et sa traductrice française ne ressemblait pas aux rapports distanciés, directifs ou cérébraux qui régentent traditionnellement ce genre de collaboration. Mais bien plutôt à une " matière vivante et brûlante" -de celles auxquelles il faut consacrer tout un livre pour espérer cerner l'importance. Elle-même écrivaine (prix du livre Inter pour Jacob, Jacob), Zenatti enta...