>> Lire aussi: Rentrée littéraire: audace, intelligence et émotions fortes en 40 romans
...

Comment survivre à Hollywood dans les années 1940 quand on est à la fois de descendance noire, chinoise et amérindienne? En devant, comme Maximus Wild, "l'homme aux mille visages", être cantonné aux rôles ethniques... Quinze ans après Le Prestige de l'uniforme, Hugues Micol au dessin et Loo Hui Phang au scénario remettent le couvert pour questionner le sort des minorités. Beau, fort et brûlant. Le grand récit documentaire et dessiné de l'auteur américain de Mon ami Dahmer sort avec cinq mois de retard, mais n'a rien perdu de son énorme pertinence: le 4 mai 1970, dans l'Ohio, la Garde nationale ouvrait le feu contre les étudiants de l'université de Kent, tuant quatre d'entre eux. Le récit vertigineux et chirurgical de la violence dont est capable un Etat soi-disant démocratique mais contesté... Little Tulip, vingt ans après (mais seulement six après l'album éponyme): la petite et toute mignonne Azami, rescapée de l'enfer grâce à Pavel, lui-même revenu des camps staliniens, est devenue flic, bourrée aux stéroïdes et tatouée de partout! Surtout, elle réintègre la cour des miracles que bâtissent, depuis 1986 et La Femme du magicien, l'écrivain Jerôme Charyn et le dessinateur François Boucq. Le récit noir dans ce qu'il a de plus brillant. Cinq ans après son édition en français, le phénomène Sapiens aux 650.000 exemplaires vendus rien qu'en France se devait, c'est la mode, de devenir une BD: l'adaptation de ce récit qui n'est rien moins que "l'histoire de l'humanité et de son évolution depuis les premiers hommes de l'âge de pierre jusqu'au XXIe siècle" a heureusement été confiée à David Vandermeulen et Daniel Casanave, duo rompu à ce double exercice de l'adaptation et de la pédagogie. Hit assuré? Le grand récit autobiographique de l'auteur de Pascal Brutal (né en France d'un père syrien et qui a grandi, entre autres, en Libye avant de revenir en France) tient du phénomène d'édition qui a dépassé depuis longtemps le seul cercle des amateurs de BD. La simple annonce de la sortie de ce cinquième tome lui a valu 6.000 likes et 100 partages sur Facebook. C'est dire l'impact et la force de son histoire tragi-comique... de plus en plus tragique. Le premier volet de ce conte à la fois médiéval et moderne faisait partie de nos énormes coups de coeur en 2018. On ne doute pas une seconde qu'il en sera de même avec le second, tant ce récit d'aventures féministe bénéficie de l'incroyable esthétique développée pour l'occasion par son surdoué de dessinateur. Hâte!