Dans The Lobster, Lanthimos fait de l'amour une arme politique

27/10/15 à 12:53 - Mise à jour à 13:55

Source: Focus Vif

Pour son premier film en anglais, le cinéaste grec Yorgos Lanthimos imagine une dystopie en forme de dictature des sentiments. Un modèle d'humour absurde combiné à un regard aiguisé sur le monde, et un Lobster à déguster sans modération. Rencontre.

"Yorgos Lanthimos a une vision unique. Dogtooth m'avait complètement époustouflée." Empruntée à Rachel Weisz, l'une des stars au générique de The Lobster, son nouveau film, la citation traduit bien l'impression produite, en 2009, par le deuxième long métrage du cinéaste grec. Lanthimos y mettait en scène une famille, le père, la mère et leurs trois enfants adolescents, vivant dans une villa à l'abri de toute ingérence du monde extérieur; modèle surprotégé bientôt allègrement torpillé, pour un film tapissant sa trame, cruelle et absurde, d'humour à froid comme d'encarts surréalistes. Une disposition singulière que viendrait confirmer Alps, chronique léthargique teintée d'ironie féroce du désarroi et de la solitude, en une expression inédite du marasme hellénique.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires