Critique

Critique ciné: I, Frankenstein

I, Frankenstein - Aaron Eckhart © DR
Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

ACTION/FANTASTIQUE | On disait que la créature de Frankenstein avait survécu quelque 200 ans grâce à une anomalie génétique et qu’elle se retrouvait au coeur même d’une guerre séculaire opposant des gargouilles et des démons essentiellement occupés à se mettre sur la tronche…

Ce pitch farceur, on ne le doit hélas pas à un Seth Rogen ou à un Will Ferrell, mais bien aux producteurs d’Underworld, plutôt du genre à donner dans la bourrinade gothico-fantastique au mépris du plus élémentaire second degré. En résulte un film d’action aussi spectaculaire que parfaitement crétin, où les gentilles gargouilles passent de vie à trépas dans des grands flashs de lumière bleue fluo montant au ciel tandis que les méchants démons descendent aux enfers sous forme de boules de feu de synthèse. Face à une telle débauche d’imbécilité et de laideur, on peut légitimement prendre le parti d’en rire. Ou pas.

  • De Stuart Beattie. Avec Aaron Eckhart, Bill Nighy, Yvonne Strahovski. 1h33. Sortie: 29/01.
Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content