Critique | Télé

[à la télé ce soir] Monk, Pannonica. Une histoire américaine

3,5 / 5
3,5 / 5

Titre - Monk, Pannonica. Une histoire américaine

Genre - Documentaire

Réalisateur-trice - Jacques Goldstein

Quand et où - Dimanche 01/05, 23h50, Arte.

Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

En octobre dernier, à l’occasion de la sortie de son roman Viper’s Dream, l’auteur Jake Lamar racontait dans ces colonnes l’histoire vraie d’un personnage de son bouquin, la baronne Pannonica de Koenigswarter. Mélomane britannique née Rothschild, Pannonica fut l’une des plus grandes bienfaitrices et mécènes du bebop. Amie (Charlie Parker qui refusait de se faire hospitaliser est mort chez elle), confidente, elle photographia les plus grands musiciens de l’époque, à qui elle demanda aussi leurs trois voeux les plus chers, projetant de réunir leurs réponses dans un livre. Tout cela ne serait jamais arrivé sans sa rencontre et sa relation avec Thelonious Monk. C’est ce que retrace le documentaire de Jacques Goldstein. En août 1951, Monk tombe dans le piège que la police tend depuis peu aux musiciens de jazz et se fait arrêter avec de la drogue dans sa voiture. Catastrophe. Il perd pour six ans la carte de cabaret qui lui permet de jouer dans les clubs de New York. Un producteur français l’invite au salon du jazz à Paris où le pianiste rencontre la baronne en 1954. Femme libre, ancienne pilote et résistante, Pannonica est happée par la musique de Monk qui, pour elle et mieux que toute autre, représente la solitude humaine. Elle abandonne sa vie de femme d’ambassadeur et part à New York où elle devient alors l’égérie des jazzmen. L’histoire folle de deux personnages qui se sont affranchis des préjugés de leur époque.

Partner Content