Vidéo | Musique

Le meilleur du clip made in Belgium (et au-delà)

Kevin Dochain
Kevin Dochain Journaliste focusvif.be

Ce week-end, le festival VKRS a célébré pour la deuxième fois à Bruxelles l’art du clip, avec compétition, « speed-clipping » et prix à la clé. Voici le topo des gagnants, ainsi que quelques clips qu’il serait bête d’avoir manqués ces derniers jours.

C’est aux Riches-Claires que se déroulait ce week-end la deuxième édition du festival VKRS (pour « Video Killed the Radio Stars », t’as compris?). L’occasion de voir sur grand écran une programmation riche, et de constater que l’art du clip est loin d’avoir disparu en même temps que l’arrivée d’Internet et le déclin de MTV.

Le jury et le public ont donc récompensé les clips suivants:

1er prix ex æquo: Pierres – Un énorme tattoo x Nuage blanc, de Pierre Leroy

L’auteur de notre tube du confinement revient avec un double morceau aussi décalé que poétique.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

1er prix ex æquo: Amon Tobin: Vipers Follow You, de Charles De Meyer

Impressionnant travail d' »augmentation de la réalité » dans ce clip sombre et flippant pour le capitaine de l’IDM.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

2e prix: Zulllu: Archive, de Philippe Carron

Les techniques d’animation se mélangent dans ce clip « carte blanche ».

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

3e prix: Soror: Shadow of a Doubt, d’Alice Ably

Un clip réalisé à la manière des lipdubs (vous vous souvenez de ces semblants de plan séquence qui servaient de vitrine aux entreprises aux débuts du web 2.0?), où le groupe bruxellois réussit l’exploit d’être le spectateur de son propre concert.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Prix du public: Endz: Ashamed, de Matthieu Frances

Un clip aux allures de court-métrage, assez génialement malaisant, pour un groupe qui a eu l’excellente idée de sortir son album un certain 13 mars

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon
En bonus: quelques clips qu’il serait bête d’avoir manqués ces derniers jours:

Les Français d’Aaron se sont payés notre Jean-Claude Van Damme national, particulièrement en forme, pour leur retour aux affaires (honnêtement, on les avait un peu perdus de vue depuis U-Turn (Lili). Pas étonnant que le clip approche doucement le million de vues!

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Un autre clip qui devrait aussi tourner en masse, c’est celui du Parrot de Nicolas Michaux, qui s’apprête à sortir son deuxième album solo. Forcément, à compiler tous les maux du monde dans 3’30 d’une efficacité confondante, ça parle.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Fun, frais et funky, ça pourrait être la devise d’Elia Rose, qui prend encore un peu plus de couleurs avec ce Love is all I need plus pop que jamais, et sans une once de prise de tête.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Quelque part entre Blur et Tame Impala, mais en français dans le texte, Petit Prince vient de sortir un premier album (on avait déjà flashé sur son Chien Chinois) qu’il tease avec un superbe clip d’animation qui parle cannibalisme et muscidés (tout un programme).

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Dernier-Noeud, c’est le nouveau projet d’un membre de Thyself, et ce Quand tu bats des ailes plein de poésie est son faire-part de naissance. Le clip mêle avec bonheur prises de vues réelles et animation pour un résultat aussi beau que sobre.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Le dandy Bertier poursuit ses acrobaties linguistiques pour un hommage aux « amers Indiens », et ce Tierra del fuego, extrait d’un troisième album à venir en novembre, est parfaitement illustré par le dessin rêveur de Nathalie Polfliet.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici