Alerte Rouge devait signer le grand retour du studio Pixar dans les salles de cinéma depuis le début de la pandémie. Le film était donc très attendu par les fans. Mais avec la hausse des contaminations et l'incertitude qu'elle fait planer sur les cinémas, Disney a pris la décision de sortir ce nouveau long-métrage directement sur sa plateforme le 11 mars 2022.

Sortir en salle un film Pixar coûte très cher à l'entreprise. Elle doit débourser entre 175 et 200 millions de dollars rien que pour la production, et 100 millions de dollars pour la promotion. Pour rentabiliser ces investissements, elle doit donc s'assurer que le film entraîne une importante rentrée d'argent. Difficile à prévoir dans un contexte actuel aussi perturbé.

Disney n'est pas la seule entreprise à craindre les décisions pour stopper la crise sanitaire. La sortie d'autres films a été repoussée pour assurer une projection en toute sécurité et sans changement, tels que Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu 3 (UGC) et Morbius (Sony/Marvel). Pourtant, certains employés de Pixar ne semblent pas convaincus. Ils n'ont pas hésité à exprimer leur colère dans les journaux.

"Il n'y a aucun risque de se tromper en disant que nous sommes tous extrêmement déçus. Jusqu'à aujourd'hui, nous pensions tous qu'Alerte Rouge marquerait notre retour sur grand écran, et tout le monde au studio était excité à propos de ce film. C'est vraiment un coup dur." S'est exclamé un employé, resté anonyme. D'autres sont plus modérés: "C'est fâcheux, mais je comprends".

Même si la déception est grande, Disney+ a apporté de nombreuses opportunités professionnelles pour ceux qui travaillent chez Pixar. Le programme Sparkshots a, par exemple, été conçu pour faire découvrir de nouveaux conteurs et explorer de nouvelles techniques de narration. Il donne une bonne visibilité aux artistes en intégrant leurs courts-métrages sur la plateforme de streaming Disney+. Si leur production est remarquée, ils peuvent ainsi espérer une collaboration future dans de plus gros projets.

Pour rappel, Alerte Rouge raconte les aventures de Mei Lee, une jeune fille âgée de 13 ans, qui se transforme en un panda roux géant dès qu'elle est contrariée. La réalisatrice Domee Shi, récompensée pour son court-métrage Bao (2018), a réalisé le film. Ce qui fait de ce projet, la première animation à être réalisée en solo par une femme.

Amandine Fossoul

Alerte Rouge devait signer le grand retour du studio Pixar dans les salles de cinéma depuis le début de la pandémie. Le film était donc très attendu par les fans. Mais avec la hausse des contaminations et l'incertitude qu'elle fait planer sur les cinémas, Disney a pris la décision de sortir ce nouveau long-métrage directement sur sa plateforme le 11 mars 2022.Sortir en salle un film Pixar coûte très cher à l'entreprise. Elle doit débourser entre 175 et 200 millions de dollars rien que pour la production, et 100 millions de dollars pour la promotion. Pour rentabiliser ces investissements, elle doit donc s'assurer que le film entraîne une importante rentrée d'argent. Difficile à prévoir dans un contexte actuel aussi perturbé.Disney n'est pas la seule entreprise à craindre les décisions pour stopper la crise sanitaire. La sortie d'autres films a été repoussée pour assurer une projection en toute sécurité et sans changement, tels que Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu 3 (UGC) et Morbius (Sony/Marvel). Pourtant, certains employés de Pixar ne semblent pas convaincus. Ils n'ont pas hésité à exprimer leur colère dans les journaux."Il n'y a aucun risque de se tromper en disant que nous sommes tous extrêmement déçus. Jusqu'à aujourd'hui, nous pensions tous qu'Alerte Rouge marquerait notre retour sur grand écran, et tout le monde au studio était excité à propos de ce film. C'est vraiment un coup dur." S'est exclamé un employé, resté anonyme. D'autres sont plus modérés: "C'est fâcheux, mais je comprends".Même si la déception est grande, Disney+ a apporté de nombreuses opportunités professionnelles pour ceux qui travaillent chez Pixar. Le programme Sparkshots a, par exemple, été conçu pour faire découvrir de nouveaux conteurs et explorer de nouvelles techniques de narration. Il donne une bonne visibilité aux artistes en intégrant leurs courts-métrages sur la plateforme de streaming Disney+. Si leur production est remarquée, ils peuvent ainsi espérer une collaboration future dans de plus gros projets.Pour rappel, Alerte Rouge raconte les aventures de Mei Lee, une jeune fille âgée de 13 ans, qui se transforme en un panda roux géant dès qu'elle est contrariée. La réalisatrice Domee Shi, récompensée pour son court-métrage Bao (2018), a réalisé le film. Ce qui fait de ce projet, la première animation à être réalisée en solo par une femme.Amandine Fossoul