Tandis que son fils était au festival de Dour, Martine Francx dansait au Dub Camp, un festival de quatre jours dédié au sound system, près de Nantes. On la retrouve deux jours après la fin des festivités, chez elle, dans un patelin flamand à 30 minutes d'Anvers. Tandis que le fiston "récupère" dans sa chambre, Martine nous accueille lumineuse. Aucune trace des lendemains de veille! "Dès que je vais aux festivals, explique-t-elle, je reçois comme une piqûre d'énergie. Au retour, je ne suis pas fatiguée. Peut-être parce ce que je ne bois pas d'alcool. Je fume, je carbure au gingembre, j'ai une nourriture saine et, en semaine, je dors très tôt. Il faut dire qu'à Dour, il y a les "after" et sûrement plus de drogues et d'alcool que dans les festivals reggae."
...