"Optimisme"

Chassé de Diré, près de Tombouctou, par des djihadistes bannissant l'alcool, les cigarettes et la musique, le guitariste Garba Touré forme Songhoy Blues en 2012 à Bamako pour retrouver l'ambiance perdue du nord. Repéré par Damon Albarn et son projet collaboratif Africa Express (il figure d'ailleurs sur sa compilation Maison des Jeun...

Chassé de Diré, près de Tombouctou, par des djihadistes bannissant l'alcool, les cigarettes et la musique, le guitariste Garba Touré forme Songhoy Blues en 2012 à Bamako pour retrouver l'ambiance perdue du nord. Repéré par Damon Albarn et son projet collaboratif Africa Express (il figure d'ailleurs sur sa compilation Maison des Jeunes), le groupe malien finit par enregistrer Music in Exile, son premier album, avec Nick Zinner des Yeah Yeah Yeahs. Cinq ans et Résistance (son deuxième long format) plus tard, Songhoy Blues appelle aujourd'hui à l' Optimisme. Dans un monde au ralenti et aux abois, le quartet africain entend marquer son soutien en partageant sa philosophie et son énergie positives. Marqué par le hard rock entendu dans les clubs occidentaux de Londres et New York, le titre d'ouverture de l'album Badala dévoile un Songhoy Blues jouant toujours avec la tradition mais qui a décidé de durcir le ton. Produit par Matt Sweeney (Run The Jewels, Cat Power, Will Oldham) et mixé par Daniel Schlett (The War On Drugs, Modest Mouse...), l'album est pour le reste une suite logique de ses aventures métissées, de sa rencontre entre l'Afrique et l'Occident. Ensoleillé, urbain et entraînant. Rock, blues, musiques traditionnelles... En anglais, en français et en songhaï, Optimisme est un disque de réfugiés qui ont survécu à la charia et ont trouvé refuge à Londres. Don't worry, be happy, même s'ils expriment leur épuisement face à l'injustice et à la corruption... Comme disait Milan Kundera, " je préfère vivre en optimiste et me tromper que vivre en pessimiste pour la seule satisfaction d'avoir eu raison" .