À chaque Festival de Cannes, son franc nanar, le film dont on se demande par quel accident il a bien pu se retrouver dans la sélection. En 2018, c'était À genoux les ...

À chaque Festival de Cannes, son franc nanar, le film dont on se demande par quel accident il a bien pu se retrouver dans la sélection. En 2018, c'était À genoux les gars, d'Antoine Desrosières, "découvert" à Un Certain Regard, une comédie crue sur la sexualité adolescente envisagée à travers un quatuor d'une cité de banlieue. Soit, en l'occurrence, deux soeurs, Yasmina et Rim, et leurs copains machos, Salim et Majid, au coeur d'un film gravitant bientôt autour d'une fellation et du chantage consécutif. Et étirant jusqu'à l'épuisement son ressort de sketch aussi bavard qu'indigeste, non sans brouiller son propos féministe à force de complaisance. Un inédit qui aurait gagné à le rester...