Vu à Deauville (1): Certain Women, de Kelly Reichardt

© DR
Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

A la déshumanisation galopante d’un système broyeur de vies, Kelly Reichardt répond par la vérité nue d’un réel à hauteur de femmes. Splendide!

Un train s’avance depuis le lointain en direction du spectateur, fendant l’immensité sauvage du Montana dans un double mouvement de retour aux origines: celles de l’Amérique, mais aussi celles du cinéma. Le premier plan de Certain Women le rappelle fort à propos: la réalisatrice de Meek’s Cutoff en connaît un rayon en matière de grands espaces et de pionniers. Ce sont pourtant les territoires intimes d’une poignée de femmes indépendantes et solitaires qu’elle fait d’abord mine d’investir avec ce nouveau film, miracle de réalisme sensible présenté ce week-end en compétition de la 42e édition du Festival du Cinéma américain de Deauville.

Avocate à la vie en pagaille, mère de famille bossy dont le couple prend l’eau, rancher taciturne en quête d’étincelle amoureuse… Unies par un lien diffus -l’amant de l’une est le mari de l’autre, etc.-, elles composent une constellation de destinées vacillantes dessinant, entre ombre et lumière, le portrait fragmenté d’une Amérique déshumanisante, à reconquérir à l’abri des rouages absurdes du système qui désormais la fonde.

S’appuyant sur un casting caviar (aux côtés de Laura Dern, Michelle Williams et Kristen Stewart, Lily Gladstone est une fulgurante révélation), Reichardt pose un regard patient, au sobre naturalisme, sur ses personnages fissurés, saisis avec une infinie tendresse dans le silence ou la lenteur du réel le plus nu. Le temps d’une prise d’otage (sans doute la plus indolemment bouleversante jamais vue à l’écran) ou d’une simple balade à cheval, elle atteint à une vérité humaine inouïe, impensable, à mille lieues de l’écueil moraliste qui menace. Film âpre, à l’os, Certain Women offre la synthèse épurée de son art. Du grand, du très grand cinéma.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content