If I want to whistle, I whistle

14/06/11 à 12:31 - Mise à jour à 12:31

DRAME | Ours d'argent au Festival de Berlin, ce film personnel, âpre et attachant sur une jeunesse en rupture confirme la vitalité du nouveau cinéma roumain.

If I want to whistle, I whistle

DRAME | "Si je veux siffler, je siffle!" Silviu ne s'en laisse pas compter, et encore moins imposer. Ce jeune criminel de 18 ans va bientôt sortir du centre fermé (une maison de redressement, plutôt) où il est détenu depuis des années. Une situation navrante, résultat d'une dérive dont le jeune homme rend en bonne partie responsable sa propre maman. Quand il apprendra le retour de cette mère, il n'aura qu'une idée en tête: préserver son jeune frère de l'influence néfaste qu'il craint la voir à nouveau exercer...

If I Want To Whistle, I Whistle n'est pas passé loin de l'Ours d'or au Festival de Berlin 2010, où il a remporté l'Ours d'argent, Prix du Jury présidé par Isabella Rossellini. La fille du grand Roberto, un des créateurs du néoréalisme, n'aura pu qu'apprécier une oeuvre poussant la voie réaliste avec une force vitale, un engagement humain et une clarté de trait absolument remarquables. Florin Serban, 34 ans au moment du tournage, y exprime un talent et une exigence peu banals... sauf peut-être dans ce cinéma roumain qui ne cesse de nous surprendre et de nous bouleverser depuis les débuts de sa "nouvelle vague" au milieu des années 2000.

Avenir bouché

George Pistereanu incarne Silviu. Il restitue tout à la fois la dureté du personnage et ses failles, son insolence autant que ses blessures, son absence d'espoir d'un avenir meilleur mais aussi l'émotion que fait naître en lui une assistante sociale, et ses efforts pour que son frère cadet ne tombe pas là où il est tombé. Une interprétation de choix, devant une caméra filmant sec et juste, avec une retenue qui ne se relâche qu'à l'approche d'un final moins maîtrisé.

Florin Serban manifeste une singulière aptitude à doser l'âpre et le touchant, refusant toute émotion facile et rendant palpable une tension qui peut à tout instant exploser en éclats de violence. Par-delà le portrait d'un jeune homme en colère, c'est aussi un reflet de la société roumaine que nous fait apercevoir le film. Une société où les (nombreux) perdants potentiels (par l'origine, la naissance, le milieu social) ne voient que trop rarement la lumière au bout du tunnel. Quand ce dernier n'apparaît pas tout simplement bouché...

If I Want To Whistle, I Whistle a la rage, et la force d'un témoignage, même s'il s'agit d'une oeuvre de fiction. Une distribution très majoritairement composée de non-professionnels n'est pas pour rien dans cet effet vérité.

If I Want To Whistle, I Whistle, drame de Florin Serban, avec George Pistereanu, Ada Condeescu, Mihai Constantin. 1h34.

Louis Danvers

Nos partenaires