Critique ciné: Black Coal, Thin Ice, le rouge et le noir

28/10/14 à 10:24 - Mise à jour à 10:24

Source: Focus

FILM NOIR | Ours d'Or à Berlin, un polar macabre et captivant, ancré dans une Chine profonde dont il reflète le malaise.

Critique ciné: Black Coal, Thin Ice, le rouge et le noir

Black Coal, Thin Ice © DR

Le charbon déversé sur le tapis roulant file vers sa destination. Une tache claire attire le regard dans tout ce noir minerai. C'est un paquet, qui s'ouvre progressivement jusqu'à laisser apparaître un morceau de corps humain... Un ouvrier donne l'alerte. Le film est commencé, sur une image bizarre, macabre, donnant le ton d'une oeuvre sombre, intense, énigmatique et riche de nombreuses surprises. Black Coal, Thin Ice a obtenu l'Ours d'Or au Festival de Berlin, où son interprète principal Fan Liao a aussi remporté le Prix du Meilleur acteur. Ce polar crépusculaire s'inscrit dans une veine singulière, où brillait déjà le génial et encore supérieur A Touch Of Sin de Jia Zhangke. Signé d'un Diao Yinan jusqu'ici inconnu et qui a mis huit ans à faire aboutir son projet, il montre à quel point le cinéma de genre, le film noir plus particulièrement, peut servir de révélateur au malaise d'une société chinoise en plein trouble identitaire. L'enquête déclenchée par l'apparition des premiers restes humains, vite suivis de morceaux d'autres cadavres découpés et disséminés par un ou plusieurs mystérieux assassin(s), va se dérouler sur plusieurs années, dans un climat de grandissante inquiétude qui prendra progressivement une dimension existentielle.

Paradoxes

L'inspecteur Zhang est au coeur des investigations. Même quand, blessé et choqué, il aura quitté la police pour prendre un emploi dans la sécurité. Une jeune femme discrète, objet de soupçons, suscitera son intérêt, au-delà de toute prudence professionnelle. Et tandis que l'intrigue se développe, des échos nous parviennent d'une société où la vie humaine ne pèse pas lourd, où certains s'enrichissent tandis que d'autres survivent à peine, où des gens offrent aux forces de l'ordre d'espionner leurs voisins tandis que d'autres les prennent pour cible de projectiles si surprenants que nous ne les dévoilerons pas ici... Un paradoxe parmi d'autres pour un film assurément glauque (un peu à la manière du néo-polar scandinave) et dépositaire d'une étrange beauté en même temps. Un film assurément critique mais qui a trouvé grâce aux yeux du tout-puissant Film Bureau et de sa censure. Une oeuvre exigeante, vénéneuse et pourtant appréciée d'un public que ses éléments de mystère criminel séduisent. Au point que d'aucuns, en Chine, signalent Black Coal, Thin Ice comme la potentielle matrice d'une vague de films policiers intelligents et artistiques, aptes à réunir critique et spectateurs et prisant le cinéma de genre américain sans toutefois avoir encore l'occasion d'y goûter de manière régulière sur les écrans locaux...

  • DE DIAO YINAN. AVEC FAN LIAO, LUN-MEI GWEI, XUE-BING WANG. 1H46. SORTIE: 29/10.

En savoir plus sur:

Nos partenaires