Critique

[critique ciné] Voyagers: l’ennui intersidéral n’est jamais bien loin

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

Neil Burger rejoue Sa Majesté des Mouches à la lueur des étoiles.

Dans Voyagers, Neil Burger, le réalisateur de The Illusionist et Divergent, confine 30 jeunes garçons et filles du futur à bord d’un vaisseau spatial avec pour mission d’aller peupler une planète lointaine récemment découverte. Livrés à eux-mêmes, ils rejouent d’évidence Sa Majesté des Mouches de William Golding à la lueur des étoiles. Seul hic, et de taille: l’ensemble évoque surtout un Twilight minaudeur singeant grossièrement l’esthétique de 2001 dans un décor hygiéniste et anémié tout sauf inspiré. Dépourvue de vertige comme de mystère, cette fable désincarnée souligne avec emphase le ridicule petit sous-texte « politique » de sa symbolique sociétale. L’ennui intersidéral n’est jamais bien loin.

Science-fiction. De Neil Burger. Avec Tye Sheridan, Lily-Rose Depp, Fionn Whitehead. 1h48. Sortie: 09/06. *(*)

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content