Critique

[Critique ciné] Oh Lucy!, d’une fantaisie facile et grimaçante

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

COMÉDIE DRAMATIQUE | Oh Lucy!, un film d’Atsuko Hirayanagi.

[Critique ciné] Oh Lucy!, d'une fantaisie facile et grimaçante

Ouverture secouante et humour à froid: Oh Lucy! affiche d’emblée une saine volonté de sortir des rails des conventions sociales et cinématographiques. Célibataire en mal d’amour, Setsuko met du piment dans sa vie tokyoïte sans saveur au contact d’un professeur d’anglais aux méthodes excentriques (amusant Josh Hartnett). Une rencontre détonante qui va bientôt l’amener à s’embarquer en compagnie de sa soeur dans une improbable virée californienne, théâtre d’un choc des cultures quelque peu entendu. En fuyant la morosité déshumanisante de Tokyo pour le soleil ricain, le film privilégie alors la fantaisie facile et grimaçante, même si ponctuellement attachante. L’écriture est objectivement un peu légère, tout comme la réflexion sur les dérives de la société nippone d’ailleurs.

D’Atsuko Hirayanagi. Avec Shinobu Terajima, Josh Hartnett, Koji Yakusho. 1h35. Sortie: 07/03. **(*)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content