Critique

[À la télé ce soir] Frank Lloyd Wright: le phénix de l’architecture

© DR
Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

Mort des suites d’une occlusion intestinale à 91 ans, Wright fut l’un des plus grands architectes du XXe siècle et, pour certains, le plus grand rebelle d’Amérique.

« La jeunesse est une qualité et si vous en êtes doté, c’est pour toujours« , déclarait un Frank Lloyd Wright déjà plus de première jeunesse. Mort des suites d’une occlusion intestinale à 91 ans, Wright fut l’un des plus grands architectes du XXe siècle et, pour certains, le plus grand rebelle d’Amérique. Vivre avec la nature et pas contre elle… L’homme qui a plusieurs fois vécu les affres de la banqueroute était en avance sur son temps. Comme en atteste sa « Maison sur la cascade » fondue dans le paysage ou encore le musée Guggenheim, spirale blanche inversée qui s’élève entre les buildings new-yorkais. Clarté et linéarité… Wright n’a pas appliqué à sa vie sentimentale ses préceptes architecturaux. Le documentaire de Sigrid Faltin tire le portrait d’un visionnaire à l’ego surdimensionné (il dit avoir dû choisir entre arrogance honnête et humilité hypocrite). Un artiste qui aimait les femmes et l’épure nippone et a été poursuivi par les coups du sort.

Documentaire de Sigrid Faltin. ***(*)

Dimanche 22/11, 23h10, Arte.

Partner Content