Critique | Musique

Critique musique : Son Parapluie, entre Françoise Hardy et The Divine Comedy

3,5 / 5
© National
3,5 / 5

Album - Paris n'existe pas

Artiste - Son Parapluie

Genre - Pop

Label - COD&S

Philippe Cornet
Philippe Cornet Journaliste musique

“Paris n’existe pas”

Sous pochette signée Charles Berberian, voici huit morceaux transcontinentaux. L’Américain Todd Bisson de 80 Proof Records, fantasmant un album frenchie, a demandé des chansons à Jérôme Didelot (Orwell), la plupart interprétées en français par Isobel Campbell (ex-Belle & Sebastian) et deux étant remixées par Martin Carr (The Boo Radleys) et Jah Wobble, avec sa patte très identifiable. Trois versions de Paris n’existe pas et trois autres de Un thème, cela peut paraître beaucoup, mais si on y a joute À l’assaut du ciel et Je ne finis rien, le plat s’avoue agréablement diversifié et consistant. Quelque part entre une Françoise Hardy anglaise et The Divine Comedy, les arrangements nous baladent dans une zone d’agréable mélancolie douce. Persistante.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content