Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

20.20 LA UNE

POLICIER DE DAVID FINCHER. AVEC JAKE GYLLENHAAL, MARK RUFFALO, ANTHONY EDWARDS. 2007.

David Fincher reconstitue dans cet excellent polar l’enquête visant un serial killer célèbre des années 60-70. à la fin des sixties, quelques crimes sanglants engendrèrent une vague de terreur en Californie, et une chasse à l’homme complexe fut déclenchée pour retrouver leur auteur: un tueur psychopathe qui revendiquait ses forfaits dans des messages cryptés à la presse. Le Zodiac, serial killer parmi les plus « fameux » de l’histoire criminelle américaine (on lui attribue entre 37 et 200 meurtres!), ne fut jamais arrêté, même si de forts soupçons pesèrent et pèsent encore sur un homme décédé de mort naturelle avant de pouvoir être poursuivi…

FILM D’éPOQUE

Dans le film captivant qu’il a tiré du livre de Robert Graysmith (un dessinateur de presse impliqué dans l’enquête), David Fincher opère une minutieuse reconstitution des faits survenus à l’époque. Dans un style réaliste fort éloigné de celui de Seven, le réalisateur recrée aussi une époque, signant un film à la manière du meilleur cinéma des années 70. Son suspense policier se double ainsi de la chronique d’une époque, en prise directe avec la société mais aussi avec son expression cinématographique. Fincher le magicien du morbide se révèle capable aussi d’une sobriété visuelle et d’une densité humaine qui annoncent de sa part une maturité complexe et riche de futurs films passionnants. Devant sa caméra, pas de star mais des acteurs de très haut niveau comme Jake Gyllenhaal (vu dans Donnie Darko, Jarhead et Brokeback Mountain), Mark Ruffalo ( Windtalkers, Eternal Sunshine Of The Spotless Mind) et Anthony Edwards (un des comédiens à succès de la série télévisée E.R. ). Tous contribuent, et plein de seconds rôles remarquables avec eux, à la réussite d’un Zodiac que David Fincher a aussi nourri de ses propres souvenirs d’enfance, quand il grandissait en Californie, non loin du théâtre de certains meurtres et entouré de copains terrifiés à l’idée de croiser la route du serial killer… On signalera que le film est le premier long métrage à gros budget tourné en haute définition avec la caméra Thompson Viper Filmstream. Un outil que Fincher avait déjà utilisé pour réaliser des spots publicitaires, et dont il fait ici un usage fascinant.

Louis Danvers

Partner Content