"Au début je me suis dit qu'il s'agissait d'une proposition étrange: est-ce que c'est bien pour moi? Et puis j'ai pensé, allez, pourquoi pas? Quelque chose de marrant, de nouveau et sympa", a raconté le chanteur britannique dans une vidéo sur son site Internet.

La vidéo le montre au travail dans son studio, en train de créer des sons très brefs pour représenter 20 émotions, qui vont de douces progressions sur un xylophone à des sons de guitare beaucoup plus agressifs. Plusieurs de ces petits "audio emojis" doivent sortir d'ici la Saint-Valentin.

Paul McCartney explique dans une interview sur son site qu'il trouve ce projet à la fois amusant, mais aussi relativement complexe, "parce que vous vous rendez compte que vous devez compresser l'interprétation musicale d'une émotion en moins de cinq secondes".

Les sons les plus difficiles à rendre, selon lui, étaient liés aux émoticônes représentant le flirt et le rougissement. "C'était comme faire un énorme puzzle de mots croisés pour arriver à trouver toutes ces solutions. Et en même temps, c'était musical, donc c'était un bon exercice pour moi en studio", a encore dit le chanteur.

À 73 ans, Paul McCartney, qui utilise lui-même les émoticônes dans ses communications avec ses proches, a longtemps été intéressé par les expérimentations musicales.

"Au début je me suis dit qu'il s'agissait d'une proposition étrange: est-ce que c'est bien pour moi? Et puis j'ai pensé, allez, pourquoi pas? Quelque chose de marrant, de nouveau et sympa", a raconté le chanteur britannique dans une vidéo sur son site Internet.La vidéo le montre au travail dans son studio, en train de créer des sons très brefs pour représenter 20 émotions, qui vont de douces progressions sur un xylophone à des sons de guitare beaucoup plus agressifs. Plusieurs de ces petits "audio emojis" doivent sortir d'ici la Saint-Valentin.Paul McCartney explique dans une interview sur son site qu'il trouve ce projet à la fois amusant, mais aussi relativement complexe, "parce que vous vous rendez compte que vous devez compresser l'interprétation musicale d'une émotion en moins de cinq secondes".Les sons les plus difficiles à rendre, selon lui, étaient liés aux émoticônes représentant le flirt et le rougissement. "C'était comme faire un énorme puzzle de mots croisés pour arriver à trouver toutes ces solutions. Et en même temps, c'était musical, donc c'était un bon exercice pour moi en studio", a encore dit le chanteur.À 73 ans, Paul McCartney, qui utilise lui-même les émoticônes dans ses communications avec ses proches, a longtemps été intéressé par les expérimentations musicales.