"Featuring Ty Dolla $ign"

L'art du "featuring" est délicat. Devenu la règle dans l'univers du rap, il tient rarement de la simple collaboration spontanée entre deux artistes. L'exercice est en effet souvent plus proche du "placement de produit" que de l'échange artistique, délicat équilibre à trouver entre ce que l'invité peut app...

L'art du "featuring" est délicat. Devenu la règle dans l'univers du rap, il tient rarement de la simple collaboration spontanée entre deux artistes. L'exercice est en effet souvent plus proche du "placement de produit" que de l'échange artistique, délicat équilibre à trouver entre ce que l'invité peut apporter sans pour autant voler la vedette à l'hôte du jour. Ce n'est pas le chanteur-rappeur-producteur Ty Dolla $ign qui va dire le contraire: " Pas mal de gens m'ont confié que quand ils tombent sur un morceau incluant mon nom en featuring, ils savent que ce sera de la bombe", plaisantait-il (à moitié) récemment sur son Instagram. Aujourd'hui, il pousse la blague un peu plus loin en intitulant son propre album, Featuring Ty Dolla $ign. La feinte n'est pas tout à fait gratuite, tant, en effet, le maître de maison semble presque n'être qu'un nom parmi d'autres sur la longue liste d'invités présents, de Nicki Minaj à Kanye West en passant par Future, Burna Boy, Serpentwithfeet, etc. Il ne faudrait toutefois pas s'y méprendre, Ty Dolla $ign reste bien le chef d'orchestre, dirigeant la manoeuvre de sa voix légèrement éraillée. Accumulant 25 tracks en une heure, il ne donne jamais l'impression d'aligner les noms comme on enchaîne les lignes d'un exercice compta. Au contraire. De la vista d'un titre comme Track 6 (impeccable Anderson. Paak) au clin d'oeil Tyrone 2021 (allusion au titre d'Erykah Badu) en passant par la luxuriance de Your Turn, Ty Dolla $ign maîtrise parfaitement son sujet.