Actualité éclatée pour Lionel Estève qui, en plus d'être présent à la biennale du parc d'Enghien ( lire en page 44), a les honneurs d'une exposition solo chez Lempertz. Il faut dire que ce Fr...

Actualité éclatée pour Lionel Estève qui, en plus d'être présent à la biennale du parc d'Enghien ( lire en page 44), a les honneurs d'une exposition solo chez Lempertz. Il faut dire que ce Français installé à Bruxelles et représenté par la galerie parisienne Perrotin (à Bruxelles, c'est Albert Baronian qui s'en charge) fait l'unanimité autour de son travail. Ce dernier consiste en une lente et patiente collecte de reliques urbaines. Au bout du compte? " C'est le portrait de la monstruosité de la ville que j'ai fait, de ce qui la compose, de l'attrait pour la diversité de sa foule à l'effroi de son anonymat", explique l'artiste. En collaboration avec l'Espace 251 Nord à Liège, la galerie de la rue du Grand Cerf donne à voir une impressionnante et inédite installation spatiale. Le tout prendra place dans le progamme Off du Brussels Gallery Weekend.