La photo est passée à la postérité. On la doit à Alfred Stieglitz, dans l'oeuvre duquel elle incarne un véritable tournant. Elle marque un saut d'un pictorialisme attendu et sans imagination à une véritable modernité. Son nom? The Steerage, soit "l'entrepont" en français. Elle donne à voir l'entassement des classes populaires sur un paquebot reliant New York et l'Europe. Construit à l'instinct, le cliché, qui...

La photo est passée à la postérité. On la doit à Alfred Stieglitz, dans l'oeuvre duquel elle incarne un véritable tournant. Elle marque un saut d'un pictorialisme attendu et sans imagination à une véritable modernité. Son nom? The Steerage, soit "l'entrepont" en français. Elle donne à voir l'entassement des classes populaires sur un paquebot reliant New York et l'Europe. Construit à l'instinct, le cliché, qui n'est pas recadré, permet de mesurer en un clin d'oeil ce qu'il y a de sociologique dans tout destin se pensant individuel. Picasso ne s'y est pas trompé qui l'a salué en tant que telle comme une première flèche cubiste lancée dans un ciel bleu. Selon l'auteur de Guernica, avec cette composition complexe, Stieglitz aurait fait montre de sa compréhension intime du médium qui était le sien. Cette icône de l'Histoire de la photographie, qu'il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie, est à découvrir à l'occasion de New York, New York, la dernière exposition de la Box Galerie. Rien que cela mérite le détour. Même si -détail qui ne manque pas de piquant- l'historien Beaumont Newhall a émis l'hypothèse que le cliché aurait pu avoir été pris ailleurs qu'à New York -peut-être à Plymouth, en Angleterre. Peu importe la vérité, on ne boude pas son plaisir, d'autant qu'un casting impressionnant de talents est à découvrir dans la foulée. On pense en particulier à Larry Fink, dont la galerie bruxelloise donne à voir une sélection d'images prises au mythique Studio 54, club de nuit qui a incarné l'exubérance made in Big Apple à la fin des années 70. Sans oublier, le précieux travail, hélas pas assez connu, d'un Seymour Jacobs présenté à la faveur d'une série -qu'on ne lui connaissait pas- réalisée dans un dancing de Coney Island. Au programme, une série de personnages "bigger than life". Marilyn Bridges, Langdon Clay, Clemens Kalischer, Michael Kenna, Edward Steichen et Michel Vanden Eeckhoudt sont également de la partie.