Depuis plus de 25 ans, Lyle Ashton Harris (né en 1965 à New York) développe une pratique artistique diversifiée, qui entraîne dans son sillage un tas de disciplines: photographie, vidéo, installation et performance. Tout comme Titus Kaphar ( lire ci-contre), Harris est représenté en Belgique par la galerie Maruani Mercier. Son travail articule l'intime au politique, examinant " les conséquences de l'appartenance ethnique, du genre et du désir sur la dynamique sociale et culturelle de chaque époque". Montré aux quatre coins du monde, il a notamment participé à la 52e édition de la Biennale de Venise, le plasticien s'est fait connaître à travers ses autoportraits ainsi que par l'usage intensif qu'il fait d'icônes de la culture populaire telles que Billie Holiday et Michael Jackson. Son site se découvre comme une véritable mine d'or visuelle. Dès la page d'accueil, les différents projets sont déroulés. On s'arrête sur les multiples sections que l'on choisisse de procéder selon d'hasardeuses affinités ou que l'on s'embarque pour une exploration systématique des propositions. AKA Daddy, par exemple, bouleverse en ce qu'il documente une installation à la fois ultrapersonnelle et ethnographique autour de la pratique du deuil. Mention également pour le fascinant Black Power tourné dans un club de musculation à Accra (Ghana).

www.lyleashtonharris.com