Le plateau musique: Jools Holland

Depuis 1992, l'ancien claviériste des Squeeze a droit à son show musical sur BBC 2. Le principe de Later... with Jools Holland: un minimum de blabla pour un maximum de musiques live. Au fil du temps, le show est devenu un incontournable, attirant les plus grands noms -récemment, U2, McCartney... A côté des superstars, Holland a pris l'habitude de glisser des noms moins connus pour qui le passage télé fait office d'énorme coup de projecteur. Demandez par exemple à FKA Twigs, Jungle, Sharon Jones ou même Melanie De Biasio!
...

Depuis 1992, l'ancien claviériste des Squeeze a droit à son show musical sur BBC 2. Le principe de Later... with Jools Holland: un minimum de blabla pour un maximum de musiques live. Au fil du temps, le show est devenu un incontournable, attirant les plus grands noms -récemment, U2, McCartney... A côté des superstars, Holland a pris l'habitude de glisser des noms moins connus pour qui le passage télé fait office d'énorme coup de projecteur. Demandez par exemple à FKA Twigs, Jungle, Sharon Jones ou même Melanie De Biasio! Phénomène typiquement américain, les late shows ont toujours soigné leurs programmations musicales. Y compris en s'ouvrant aux artistes émergents ou plus indie -l'avantage de passer en soirée et de disposer d'un ton plus libre. De Jimmy Fallon à David Letterman en passant par l'institution Saturday Night Live, les opportunités ne manquent pas. En France, Le Grand Journal de Canal+ remplit un peu le même rôle, proposant plusieurs fois par semaine un live. Et en Belgique? Le Dan Late Show, programmé par la Deux, a lui aussi commencé à jouer timidement le jeu, en invitant par exemple Mountain Bike. Pas besoin de répéter l'importance qu'a prise l'exercice live depuis la chute des ventes de CD. Les festivals d'été, en particulier, sont devenus une étape incontournable dans l'agenda des groupes. Avec certains moments-clés. Calqué sur les mastodontes européens, type Glastonbury, le festival californien de Coachella a l'avantage d'arriver en début de saison, dès le printemps. Et comme il garde un peu de place à côté des gros noms (cette année, Jack White, AC/DC...), certains nouveaux venus arrivent régulièrement à tirer leur épingle du jeu américain. Comment se faire remarquer? Par exemple en multipliant les show-cases, ces concerts commandos réservés en priorité aux professionnels. Cette semaine avait lieu par exemple l'Eurosonic, à Groningen (compte-rendu dans le prochain Focus). Ouvert au public, mais visant en premier lieu les programmateurs et les médias, le festival néerlandais est devenu le rassemblement européen le plus important du genre. Une vitrine où, pour une fois, les groupes anglais (comme par exemple Years & Years...) sont placés au même rang que la dernière sensation suédoise, espagnole ou même estonienne. Parmi les Belges, étaient ainsi de la revue, notamment, Moaning Cities, Pomrad, Stuff...Internet devait diluer le pouvoir des critiques. En fait, il a juste redistribué les cartes et permis l'émergence de nouveaux influenceurs. De la masse de blogs musicaux nés au milieu des années 2000, certains ont ainsi réussi à surnager et se faire un nom. Au point d'avoir aujourd'hui le même impact que les médias "traditionnels" qu'ils dénonçaient parfois. Se retrouver par exemple étiqueté "Best New Music" par Pitchfork équivaut aujourd'hui à un billet direct pour la hype. L.H.