D' Arnaud Cathrine, Éditions Verticales, 206 pages.
...

D' Arnaud Cathrine, Éditions Verticales, 206 pages. A 37 ans, Arnaud Cathrine est un auteur prolifique et un coureur d'associations artistiques. Dans son dernier livre, Le journal intime de Benjamin Lorca, il explore le destin d'un écrivain fictif. Quatre des proches de Lorca (éditeur, frère, ami, amante) y construisent son portrait en kaléidoscope, leurs visions contradictoires s'entendant au moins sur une certitude: il n'y a que des fragments possibles dans la connaissance de l'autre. Une conviction qu'Arnaud Cathrine aime imprimer à ses récits à plusieurs voix: " Selon moi, c'est la seule façon de portraitiser quelqu'un, c'est ce qu'il y a de plus réaliste pour reconstituer une silhouette. On a cette arrogance du jugement qui consiste à penser qu'on peut faire le tour de quelqu'un, or on ne parvient à connaître quelqu'un qu'à partir du moment où on accepte ses parts d'ombre." Cette intuition, Cathrine l'explore avec d'autant plus de force au sein de la famille, consacrant les plus belles pages du livre au frère de Benjamin Lorca: "C'est tout le paradoxe d'une famille: on y est avec ses plus intimes et parfois on est au degré maximum d'étrangeté. Les familles ne sont que des creusets de contradictions, de forces qui s'opposent. C'est un constat qui est presque stéréotypé, tristement banal, mais c'est un puits sans fond pour écrire des romans." Cathrine fait de son écrivain un anti-héros " né un dimanche de province", éclairant un autre moteur de création que celui, fantasmé, de l'auteur aux mille vies: " Parfois, la petite tragédie qui pousse à l'écriture, ça peut juste être le vide, l'ennui et le besoin d'avoir une deuxième vie. L'appel, le manque peuvent être vraiment forts." Lorca finira par se suicider en interdisant la publication du seul livre laissé derrière lui: son journal intime. Tout en ne posant pas l'acte de le détruire en même temps que lui, laissant à d'autres la possibilité de le trahir. Un motif qui ponctue depuis toujours l'Histoire de la littérature et qui anime de ses enjeux brûlants ce roman en entier: " Quand on sait qu'on va mourir et qu'on ne détruit pas ses manuscrits, c'est qu'on s'en remet à l'ayant droit et qu'on lui demande en silence son avis. Je suis sûr que dans l'esprit des auteurs à qui c'est arrivé, il y avait le besoin d'un autre et de son jugement. " Parolier, auteur d'une comédie musicale ( Frère animal, avec le chanteur Florent Marchet), co-scénariste de 2 longs métrages ( Le Passager d'Eric Caravaca, adapté de son roman La Route de Midland, et La Faute à Fidel de Julie Gavras), Arnaud Cathrine est à l'affût de ces vraies rencontres qui lui donnent envie d'aller voir ailleurs. Avec, en fond, un vif besoin de décloisonner les disciplines: " Je crois beaucoup aux croisements artistiques: on a énormément à apprendre de ceux qui pratiquent un art qui n'est pas le nôtre."Ysaline Parisis