Nous avions été fort emballée par la forme courte du Réserviste (présentée au XS Festival en 2013). Le spectateur était confortablement assis sur scène (dans des "poufs"), tandis que trois interprètes, agités, circulaient parmi les sièges vides de la salle. Au centre: une polyphonie à trois voix pour un glandeur (lire extrait), chômeur invétéré qui décide de se mettre de côté, en "réserviste". Le spectacle revient aujourd'hui en création "longue version". "J'ai emprunté l'idée à Karl Marx, explique Thomas Depryck, qui affirme qu'une armée de réservistes au travail est nécessaire au capitalisme. Le "personnage" pousse l'idée jusqu'au bout, prend le système à revers, mais ça ne va pas marcher."
...