Jusqu'au 01/02

Aubaine pour les cinéphiles: la Cinémathèque française propose pendant deux mois, en libre accès sur sa plateforme Henri, un focus sur le cinéma japonais indépendant postérieur à la catastrophe de Fukushima. Fictions, documentaires, docu-fictions, oeuvres expérimen...

Aubaine pour les cinéphiles: la Cinémathèque française propose pendant deux mois, en libre accès sur sa plateforme Henri, un focus sur le cinéma japonais indépendant postérieur à la catastrophe de Fukushima. Fictions, documentaires, docu-fictions, oeuvres expérimentales, Japan Fringe réunit un échantillon substantiel de la production des dix dernières années, marquée par la sensation d'absence et par l'inquiétude face au monde d'après, six longs métrages et trois courts, tous inédits, composant ce programme. Parmi les films déjà mis en ligne, Touching the Skin of Eeriness (Toucher la peau de l'étrangeté) de Ryusuke Hamaguchi, figure de proue de la nouvelle génération de cinéastes nippons, l'auteur, notamment, de Asako I & II et de l'étincelant Drive My Car, attendu sur les écrans début mars. Le film suit Chihiro, un adolescent énigmatique qui, à la mort de leur père, est accueilli par son demi-frère Tôgo et sa compagne Satomi. Non sans pratiquer la danse moderne avec un camarade, Naoya, motifs au coeur d'un film insolite qui, à défaut de chercher à expliciter les choses, excelle à rendre palpable un sentiment de menace diffuse. Conçu par Hamaguchi comme un prélude à un long métrage encore à réaliser, Floods, ce film est une fascinante proposition de cinéma, en annonçant d'autres...