C'est à un voyage extraordinaire aux quatre coins de la planète BD que nous convient les éditions Citadelles & Mazenod. Sous la direction d'une poignée de topographes belges et français de haut vol, L'art de la bande dessinée dresse la carte de ce vaste continent aux contours flous, longtemps snobé par les autres Nations artistiques.
...

C'est à un voyage extraordinaire aux quatre coins de la planète BD que nous convient les éditions Citadelles & Mazenod. Sous la direction d'une poignée de topographes belges et français de haut vol, L'art de la bande dessinée dresse la carte de ce vaste continent aux contours flous, longtemps snobé par les autres Nations artistiques. De la difficulté de définir le terme "bande dessinée" (interprétation large englobant les formes les plus extrêmes -sans texte par exemple- ou restrictive pour éviter la confusion des genres?) à la manière dont la BD a de tout temps ensemencé d'autres disciplines (de la peinture -Picasso, Magritte, Keith Haring, Roy Lichtenstein...- au cinéma bien sûr) en passant par les débuts de la bédéphilie dans les années 60 et par les zones enfants non admis (BD érotique, underground...), les experts appelés à la barre ne laissent aucun pan de l'Histoire des bulles -quand il y en a...- de côté. Le propos est docte, sérieux, mais jamais lénifiant ou abscons. Le plaisir est en outre démultiplié par l'abondance des illustrations (plus de 500), souvent des originaux et souvent en pleines pages, permettant par exemple d'admirer le coup de patte de John Byrne croquant Batman. Les habitués des planches retrouveront avec plaisir les clés de leur passion, les autres découvriront un monde dont l'architecture éblouit par sa variété et sa richesse formelle. Au fond, si la filière a tant ramé à gagner ses galons, c'est parce qu'elle est la seule chapelle artistique dont le centre de gravité se situe d'emblée dans les interstices, quelque part entre les arts visuels et la littérature. Un statut hybride qui empêchait de l'enfermer dans une case -un comble!- mais qui en fait aujourd'hui, à l'heure du grand brassage, une sorte de pionnière de l'aventure esthétique postmoderne. Ce livre pourrait d'ailleurs servir de constitution à une république de la bande dessinée. Pour en acquérir la nationalité, deux conditions à remplir: avoir gardé une âme d'enfant, et faire son choix dans le large éventail de propositions graphiques et narratives. Des Schtroumpfs à Larcenet, il y en a aujourd'hui pour tous les goûts. Comme Rome, cette légitimité ne s'est pas faite en un jour. Bref rappel. L'ART DE LA BANDE DESSINÉE (), SOUS LA DIRECTION DE PASCAL ORY, LAURENT MARTIN, JEAN-PIERRE MERCIER, SYLVAIN VENAYRE, ÉDITIONS CITADELLES & MAZENOD, 592 PAGES, 205 EUROS. TEXTE LAURENT RAPHAËL