Découvert à Rotterdam, Friends and Strangers, le premier long métrage de James Vaughan, se présente comme quelque déclinaison australienne de la mouvance mumblecore...

Découvert à Rotterdam, Friends and Strangers, le premier long métrage de James Vaughan, se présente comme quelque déclinaison australienne de la mouvance mumblecore. Et accompagne dans ses évolutions hasardeuses, Ray, la vingtaine aisée et déconnectée, partant impromptu camper avec Alice, avant de se laisser flotter au fil d'autres rencontres. À sa suite, le récit procède par bifurcations successives, collection d'instantanés traduisant l'ennui d'existences dénuées en apparence d'enjeu autre que de meubler le désoeuvrement. Quelque chose comme une comédie dépressive cultivant un sens aiguisé de l'étrangeté au gré des compositions soignées de Vaughan, tout en questionnant le passé enfoui de l'Australie. Une curiosité.