Après Salaam Isfahan (2010) et I comme Iran (2014), le troisième documentaire de Sanaz Azari est un film à très haute teneur politique et poétique, qui plonge à la recherche de la partie invisible de l'iceberg cinéma pour questionner le faux, le vrai, le regard et l'image: "Je suis partie de la réflexion de la philosophe Marie-José Mondzain dans son livre Images (à suivre) (Bayard, 2011, NDLR ) sur les figurants. Il y avait un parallèle à établir avec la notion de peuple. Lorsque j'étais habilleuse pour l'opéra, à la Monnaie, j'étais fascinée par la manière do...