PRÉSENTÉ PAR MALIKA ATTAR.
...

PRÉSENTÉ PAR MALIKA ATTAR. Déjà, il y a le titre. Les pétasses se rebiffent, admettez que c'est bien trouvé. Et que ça donne envie de se plonger dans le reportage de Françoise Berlaimont et Daniel Remi. Lesquels se sont intéressés à une affaire peu banale (comme souvent dans Devoir d'enquête, c'est un peu le principe) dénouée en janvier dernier, dans la région de Huy. Une cheffe d'entreprise y était en effet condamnée à 6 mois de prison (avec 3 ans de sursis) pour harcèlement moral envers ses employés. Si l'exemple de France Telecom a récemment démontré (et démontre encore) que le travail peut être une source de stress si intense qu'on finit par y succomber, on parle moins des plus petites entreprises. Là où l'ambiance est censée être plus humaine et familiale. On était loin du compte à la Centrale du Crédit, société spécialisée dans les crédits en contentieux. La patronne, self-made-woman dans toute sa splendeur, y engageait du personnel non-qualifié, souvent via l'Onem et ses plans Activa: sitôt les avantages liés à ces embauches de main-d'£uvre arrivés à terme, les travailleurs sautaient comme des mines, remis sur le marché du travail après avoir subi bizutage, insultes, brimades, humiliations et autres joyeusetés. Ce n'est pas un hasard: 29 employés se sont ligués pour attaquer leur ancienne patronne en justice. Dans le reportage, l'ex-mari de "l'accusée" pédale un peu dans la semoule, à l'heure d'apporter à son ancienne épouse des armes pour se défendre: "On a commencé à engager des choses comme ça", dit-il à propos de la main-d'£uvre non-qualifiée, avant de se reprendre d'un fébrile "ou des personnes comme ça, pardon". On imagine que les journalistes ont demandé à la principale intéressée d'intervenir dans leur enquête, pour s'expliquer. Et qu'elle n'a pas donné suite. C'est évidemment ce qui manque le plus à ce reportage: le point de vue de celle que 29 plaignantes ont réussi à faire condamner. En élargissant le simple fait divers au cas de société: il existe des petits chefs tyranniques partout, mais dans les petites entreprises, les garde-fous manquent parfois pour les juguler. L'autre sujet du magazine sera consacré aux prix des métaux. l GUY VERSTRAETEN