De David Carkeet, Éditions Monsieur Toussaint Louverture, Traduit de l'anglais (usa) par Marie Chabin, 350 pages.
...

De David Carkeet, Éditions Monsieur Toussaint Louverture, Traduit de l'anglais (usa) par Marie Chabin, 350 pages. 7 Après Le linguiste était presque parfait et Une putain de catastrophe, Jeremy Cook est de retour... enfin presque. Toujours maladroit, le linguiste râleur et misanthrope rencontre Ben Hudnut, self-made-man à la noix, mari heureux et père comblé. Il n'en faut pas plus pour nous l'énerver, Jeremy Cook: à deux doigts de céder sa place dans le livre face à tant de bonheur conjugal et de réussite professionnelle. Mais si vous lui soufflez qu'une ancienne liaison pourrait être mise à jour, qu'une banqueroute attend au tournant (la sournoise) et que la culotte d'une secrétaire au-dessus de tout soupçon pourrait mystérieusement disparaître, ce serait le diable si Cook ne venait y mettre son grain de sel. Selon l'expression consacrée, Carkeet pourrait nous lire le bottin: nanti d'un humour tongue-in-cheek du meilleur aloi, il n'a de cesse de pousser le bouchon. Ainsi n'est-il plus question de détourner le polar avec malice mais d'un exercice de style oulipien où un tic de langage peut devenir -littéralement- prétexte à rebondissement. "à force de conjonctions on peut être amené à raconter sa vie." Soit une comédie domestique où roman et lecteur, bonnes pâtes, se font rouler dans la farine. à mi-chemin, on se demande où l'auteur veut en venir: "Pas là semblait la dernière destination à la mode." Puis tout part en cacahuètes! "Vous êtes le bon ou le mauvais flic ? - Les deux. On est en sous-effectif."F.DE.