Elle n'a pas changé d'un iota. Même crinière bouclée, même profil "Nefertitien", mêmes lèvres charnues. La voix peut-être un peu plus éraillée, mais le rire toujours aussi franc. C'est bien simple: quand on rencontre Neneh Cherry dans un hôtel d'Amsterdam en juillet dernier, on la croit presque sortie tout droit du clip de Buffalo Stance, son premier carton mondial, daté de 1988. A l'époque, Madonna enfilait les hits, Michael Jackson venait de sortir son dernier album important, Prince son chef-d'£uvre. Le hip hop vivait son premier âge d'or, mais restait encore une "niche". Au milieu de tout ça, Neneh Cherry glissait le genre de petite bombe crossover hautement contagieuse, entre dance et hip hop, couplets rappés et refrain chanté, toujours aussi rafraîchissante 25 ans plus tard. Girl power dans le thème, vindicatif sans être agressif, le titre filait aussi un bon coup de pied aux clichés des filles dans la pop. Sur le plateau de Top of the Pops, Neneh Cherry viendra chanter son tube enceinte de sept mois... Plus généralement, elle réussira à traverser la fin des eighties en bomber et cycliste, tout en dégageant une charge sexuelle indéniable. Le genre de contrepied que Cherry n'a cessé de manier, entre carcans pop et visées plus alternatives.
...