Entre le peuple et l'art, c'est une éternelle histoire d'éducation permanente et de démocratisation de la culture. Côté scènes, dans les quartiers populaires où un théâtre est installé, un partage d'art, passif ou actif, est une nécessité évidente. A Bruxelles, le quartier populo (et branché) des Marolles foisonne d'activités du genre: TV Marolles, Studio Marcel à Recyclart, ...

Entre le peuple et l'art, c'est une éternelle histoire d'éducation permanente et de démocratisation de la culture. Côté scènes, dans les quartiers populaires où un théâtre est installé, un partage d'art, passif ou actif, est une nécessité évidente. A Bruxelles, le quartier populo (et branché) des Marolles foisonne d'activités du genre: TV Marolles, Studio Marcel à Recyclart, Opéra des Marolles et l'annuel Projet-Quartier au Théâtre les Tanneurs. Les 3 et 4 juin prochains, 58 "artistes" vont présenter We can be heroes sur la place publique du Jeu de Balles: des tubes pop-rock (Björk, Eminem...) balancés entièrement en... play-back! Le spectacle est peaufiné depuis un an par Arnaud Pirault et son collectif de théâtre multidisciplinaire "urbain", Groupfonction. L'idée en amont: partager un moment d'Art -pratique et réflexion- avec le quartier, sur base d'un projet pour un (vrai) public de scène. Le résultat vaut le détour. En février dernier, Castellucci, pour son Parsifal à la Monnaie, a réuni plus d'une centaine d'anonymes, armés de leur sincérité, mimant une humanité en marche vers le public. A Schaerbeek, les Halles organisent leur journée Supervoisins: des fanfares, du cirque et un spectacle de danse contemporaine avec les femmes du quartier sous la houlette de la chorégraphe marocaine Bouchra Ouizguen. Enfin, le "fun" fait partie du jeu comme dans les Ballroom de Charleroi-Danses où un chorégraphe-danseur nous passe la main dans un apprentissage express lors d'un thé dansant rétro. L'art n'a pas froid aux yeux, les institutions se mouillent, les anonymes s'épanouissent. Quant au spectateur, il sait où il met les pieds, indulgent face aux "artistes" d'un soir. Il sait aussi que les théâtres et les artistes qui signent ces spectacles particuliers nous donnent -à priori- quelques gages d'exigence artistique... Histoire de ne pas tomber dans un spectacle d'amateurs, très "foire aux boudins". Une autre démarche de spectateurs. l WE CAN BE HEROES LES 3 ET 4 JUIN, PLACE DU JEU DE BALLES. SUPERVOISINS, LE 19 JUIN, HALLES DE SCHAERBEEK. STUDIO MARCEL, LE 11 JUIN À RECYCLART. BALLROOM#8, LE 29 MAI, AUX ECURIES DE CHARLEROI/DANSES, N.A.