C'est d'ores et déjà le concert hip hop de l'année. Le 3 juin prochain, Jay Z et Kanye West seront sur la scène du Sportpaleis d'Anvers, dans le cadre de leur tournée Watch The Throne. La date est évidemment sold out. Les fans auront cependant une chance supplémentaire d'apercevoir les deux cadors. Une after sera en effet organisée dans la Métropole. Dès la fin du concert, Mrs Z et West se pointeront à l'Antwerp Engineering Compa...

C'est d'ores et déjà le concert hip hop de l'année. Le 3 juin prochain, Jay Z et Kanye West seront sur la scène du Sportpaleis d'Anvers, dans le cadre de leur tournée Watch The Throne. La date est évidemment sold out. Les fans auront cependant une chance supplémentaire d'apercevoir les deux cadors. Une after sera en effet organisée dans la Métropole. Dès la fin du concert, Mrs Z et West se pointeront à l'Antwerp Engineering Company. L'ancien bâtiment industriel s'est reconverti dans l'événementiel. Tous les samedis, c'est le Mansion qui y organise notamment ses soirées. Le dimanche 3 juin, ce sera toutefois le Gotha club qui reprendra la main. Basé à Knokke, avant d'investir ses futurs murs bruxellois à l'automne prochain, l'enseigne réussit là un beau coup. C'est que l'after est devenue un marché en soi, avec ses tarifs, ses concurrents, sa course à l'exclusivité... En général, le phénomène n'a cessé de prendre de l'ampleur. Ces derniers mois, les exemples ont pullulé. De l'after de Justice chez Mr Wong à celle de Drake au Mirano en passant par celle de Charles Bradley au Bazaar ou la fiesta post-concert d'Azari & III au même endroit... Dans la plupart des cas, le deal reste bon enfant, l'occasion de prolonger la soirée dans un endroit plus intime. Les enjeux sont un peu différents quand il s'agit de stars taille XXL. Certains clubs s'en sont fait une spécialité, Fiesta Club et Noxx en tête. L'enjeu commercial n'est ici pas négligeable: les vedettes du showbiz attirent souvent les clients les plus bling bling, susceptibles de dépenser quelques milliers d'euros en bouteilles de champagne. C'est évidemment aussi tout bonus pour l'image du club qui arrive à choper un gros nom. L'intérêt pour les stars? C'est évidemment l'occasion de rentabiliser un peu plus le déplacement, en rajoutant à leur compte en banque quelques dizaines de milliers d'euros. Pour quoi faire exactement? Les formules varient: entre le mini-showcase (trois, quatre titres sur bande) et le hosting, simple apparition éventuellement ponctuée de l'une ou l'autre intervention micro. On est ici loin des after de Prince: lors de sa dernière apparition belge, il avait encore prolongé la nuit au Viage, à Bruxelles, y rejouant un concert de trois heures... L.H.