AU CIRQUE ROYAL

" Le succès de Konono n°1 est un malentendu, comme celui de Bob Dylan dont personne ne comprenait les paroles." Marc Hollander, boss de Konono et des Kasaï Allstars chez Crammed Discs, aime les aphorismes: " Il y eut donc succès auprès de groupes indies qui, lors de la sortie du premier album, en 2004, ont très vite réagi, tout comme Beck, Björk -qui a emmené Konono en tournée- et un peu plus tard, Radiohead. On a fait le double CD (1) et puis est venue cette idée de scène. " En juin 2010, Hollander et le patron musical du Bota, Paul-Henri Waute...

" Le succès de Konono n°1 est un malentendu, comme celui de Bob Dylan dont personne ne comprenait les paroles." Marc Hollander, boss de Konono et des Kasaï Allstars chez Crammed Discs, aime les aphorismes: " Il y eut donc succès auprès de groupes indies qui, lors de la sortie du premier album, en 2004, ont très vite réagi, tout comme Beck, Björk -qui a emmené Konono en tournée- et un peu plus tard, Radiohead. On a fait le double CD (1) et puis est venue cette idée de scène. " En juin 2010, Hollander et le patron musical du Bota, Paul-Henri Wauters, font un pow wow avec le manager des 2 groupes de Kinshasa, Michel Winter: " On n'a pas voulu fusionner les musiques", explique Wauters. " Le but n'est pas de vendre autrement la même world mais de confronter les 2 mondes et de voir ce qui peut en sortir. " Assez vite, les pointures à la Beck sont évacuées au profit de groupes pouvant s'engager à tourner durablement: 10 musiciens sont recrutés parmi les Américains de Deerhoof et Skeletons, les Suédois Wildbirds & Peacedrums et les Belges de Girls In Hawaii et Hoquets. Sans oublier l'Argentine Juana Molina ( cf. encadré). Dix musiciens africains -4 Konono et 6 Kasai- complètent l'éclectique tableau électrique. Le budget est dodu: 80 000 euros de préproduction pour le show, 300 000 pour boucler les 15 dates déjà prévues en Europe et au Japon. L'argent arrive du Bota, de Wallonie Bruxelles Musiques et d'autres festivals (Nyon, Vieilles Charrues, Couleur Café): Hollander se retrouve dans la peau de coproducteur également chargé de piloter l'artistique. Vincent Kenis -découvreur du catalogue Congotronics et maître d'£uvre des disques- est donc dépêché à Kin pour faire bouillir la marmite africaine avant les 8 jours de répétitions ayant lieu à Bruxelles à la veille du Cirque Royal. De la jungle urbaine, Kenis nous envoie cet e-mail parlant: " Je suis à Kinshasa, encore en pleine répétition, overbooké et en état d'épuisement nerveux avancé. " Ça doit donc groover sec. A Bruxelles, Hollander reçoit les MP3 " parfois, juste quelques accords de likembé" qui circulent entre Congo, USA, Suède, Argentine et Belgique. Et tient un blog avec des photos-témoins (2) avant que des images des répétitions communes promises n'arrivent ces jours-ci sur Internet, histoire de chauffer les curieux qui, espérons-le, devraient remplir le Cirque Royal. Le mot de la fin (provisoire) à Hollander: " C'est aussi une façon de fêter le 30e anniversaire de Crammed et de se tourner vers le futur. Peut-être que cela donnera d'autres projets, un disque est envisagé, il y a aussi de l'intérêt pour une tournée en Amérique. " Bref, l'aventure sonique du XXIe siècle passera par Bruxelles. Ce n'est pas si fréquent. (1) TRADI-MODS VS ROCKERS CHEZ CRAMMED DISCS. (2) HTTP://CTVSRFR.TUMBIR.COM u CONGOTRONICS VS ROCKERS LE 12 MAI AU CIRQUE ROYAL, WWW.BOTANIQUE.BE ET LE 26 JUIN À COULEUR CAFÉ, WWW.COULEURCAFE.BE PHILIPPE CORNET