Informaticien avant l'heure et spécialiste du cryptage, ce scientifique, campé par Benedict Cumberbatch dans le film du réalisateur Morten Tyldum, a dû vivre dans l'ombre en dépit de sa réussite.

Etre complexe et asocial, homosexuel, Alan Turing sera condamné en 1952 pour outrages aux bonnes moeurs et contraint à la castration chimique. Deux ans plus tard, il se suicidera à 41 ans. C'est seulement l'an dernier qu'à titre posthume il a été réhabilité par la reine Elizabeth II.

Avec sa performance salué par la critique, l'acteur britannique Benedict Cumberbatch (Sherlock, Le Cinquième pouvoir, 12 Years a Slave) pourrait être dans la course pour l'Oscar du meilleur acteur dans quelques mois.

Les autres films retenus par le public pour cette 39e édition du festival de Toronto sont le long métrage de Isabel Coixet Learning to Drive, où une écrivaine (Patricia Clarkson) après un mariage en bout de course prend des leçons de conduite avec un instructeur Sikh (Ben Kingsley) qui a également des déboires conjugaux. Autre film en vedette, celui de Theodore Melfi St. Vincent, avec un Bill Murray dans la peau d'un vieux grincheux.

Les organisateurs du plus important festival du film en Amérique du Nord ont indiqué dimanche que les ventes auprès des distributeurs avaient atteint un nouveau record. Après 11 jours de festival, 41 films ont trouvé des distributeurs au niveau mondial, dont 24 pour des distributeurs américains.

Informaticien avant l'heure et spécialiste du cryptage, ce scientifique, campé par Benedict Cumberbatch dans le film du réalisateur Morten Tyldum, a dû vivre dans l'ombre en dépit de sa réussite. Etre complexe et asocial, homosexuel, Alan Turing sera condamné en 1952 pour outrages aux bonnes moeurs et contraint à la castration chimique. Deux ans plus tard, il se suicidera à 41 ans. C'est seulement l'an dernier qu'à titre posthume il a été réhabilité par la reine Elizabeth II. Avec sa performance salué par la critique, l'acteur britannique Benedict Cumberbatch (Sherlock, Le Cinquième pouvoir, 12 Years a Slave) pourrait être dans la course pour l'Oscar du meilleur acteur dans quelques mois. Les autres films retenus par le public pour cette 39e édition du festival de Toronto sont le long métrage de Isabel Coixet Learning to Drive, où une écrivaine (Patricia Clarkson) après un mariage en bout de course prend des leçons de conduite avec un instructeur Sikh (Ben Kingsley) qui a également des déboires conjugaux. Autre film en vedette, celui de Theodore Melfi St. Vincent, avec un Bill Murray dans la peau d'un vieux grincheux. Les organisateurs du plus important festival du film en Amérique du Nord ont indiqué dimanche que les ventes auprès des distributeurs avaient atteint un nouveau record. Après 11 jours de festival, 41 films ont trouvé des distributeurs au niveau mondial, dont 24 pour des distributeurs américains.