L'Oeuvre au noir, le grand roman de Marguerite Yourcenar, a paru en... mai 1968. Deux décennies plus tard, André Delvaux signait l'adaptation cinématographique de ce récit évoquant Zénon Ligre, humaniste, médecin et alchimiste, dont la liberté critique et la quête de vérité font au XVIe siècle la cible de l'Église et de son Inquisition. ...

L'Oeuvre au noir, le grand roman de Marguerite Yourcenar, a paru en... mai 1968. Deux décennies plus tard, André Delvaux signait l'adaptation cinématographique de ce récit évoquant Zénon Ligre, humaniste, médecin et alchimiste, dont la liberté critique et la quête de vérité font au XVIe siècle la cible de l'Église et de son Inquisition. Le documentaire de Françoise Levie revient de très intéressante manière sur les échanges entre la grande écrivaine et le cinéaste belge soucieux d'obtenir son accord pour son adaptation. Puisant dans les archives conservées à la Cinematek, dans une correspondance éclairante entre Linkebeek (où vivait Delvaux) et la maison du Maine (aux États-Unis) où habitait Yourcenar. Dans Zénon, l'insoumis, deux comédiens jouent le réalisateur et la romancière. Marie-Christine Barrault avait été l'héroïne de Femme entre chien et loup avant d'être Hilzonde dans L'OEuvre au noir, où Johan Leysen interprétait le personnage de Rombaut. Ils lisent en voix off les lettres choisies et apparaissent aussi dans des plans revisitant les lieux de vie des deux artistes. Des images d'archives (préparation, tournage) intelligemment placées achèvent de donner le sentiment du vécu dans un documentaire que méritait bien la rencontre de deux intelligences puissantes autour du portrait d'un rebelle au pouvoir et à sa censure, dressé contre l'obscurantisme religieux. Un sujet qui n'a, tristement, pas cessé d'être (très) actuel. Cela donne aussi et surtout l'envie de relire le roman (Prix Femina) et de revoir le film superbement joué par le grand acteur italien Gian Maria Volonté.