Il n'en va pas autrement aujourd'hui de L'Enfant rêvé, drame se nouant dans une scierie d'une bourgade du Jura ceinturée de forêts. À la tête de cette entreprise familiale au bord du marasme économique, François (Jalil Lespert) et Noémie (Mélanie Doutey), un couple tentant sans succès d'avoir un enf...

Il n'en va pas autrement aujourd'hui de L'Enfant rêvé, drame se nouant dans une scierie d'une bourgade du Jura ceinturée de forêts. À la tête de cette entreprise familiale au bord du marasme économique, François (Jalil Lespert) et Noémie (Mélanie Doutey), un couple tentant sans succès d'avoir un enfant et dont les démarches délicates pour adopter vont voir se fissurer insensiblement l'unité, lui ne pouvant masquer ses réticences. Moment où François rencontre fortuitement Patricia (Louise Bourgoin), une cliente venue s'installer récemment avec sa famille dans la région, à qui va le lier une relation passionnelle. Lorsque cette dernière lui annonce être enceinte, le monde de François vacille, le laissant au bord de l'abîme... La trame est, somme toute, classique, et le film serait plutôt convenu si Jacoulot n'y travaillait, au-delà de la passion amoureuse, le désir de paternité. De quoi apporter à ce triangle un surcroît de densité, soutenue par une tension sourde que le réalisateur laisse s'installer insidieusement. Le cadre ainsi posé, son trio de comédiens livre une partition sans fausses notes mais pas sans nuances, tandis que la tragédie, inexorablement, se referme, dans la pure tradition du film noir. S'il y a là, assurément, de petits airs de déjà vu, l'ensemble est exécuté avec le soin et l'inspiration nécessaires pour que l'on s'y laisse happer sans sourciller.