Auteur de plus d'une centaine de documentaires essentiellement pour la télévision (sur Henry Moore, Arthur Miller, Harry Belafonte...), le réalisateur allemand profite du centième anniversaire de la naissance du célèbre photographe -Newton est né à Berlin le 31 octobre 1920- pour rendre hommage à celui dont les clichés de nu...

Auteur de plus d'une centaine de documentaires essentiellement pour la télévision (sur Henry Moore, Arthur Miller, Harry Belafonte...), le réalisateur allemand profite du centième anniversaire de la naissance du célèbre photographe -Newton est né à Berlin le 31 octobre 1920- pour rendre hommage à celui dont les clichés de nus souvent provocants mais "jamais vulgaires" ont assis la réputation du magazine Vogue. Le docu démarre sur des images de Sunset Boulevard, la célèbre artère de Los Angeles avec, en voix off, l'annonce de la mort du photographe, le 23 janvier 2004 à Hollywood des suites d'un accident de voiture. Il avait 83 ans. Gero von Boehm, qui a eu un accès illimité aux archives du contemporain de Peter Lindbergh et de Irving Penn, revient sur la genèse d'un homme qui quitta l'Allemagne nazie pour émigrer en Australie où il rejoignit les forces armées et rencontra sa future épouse, June. Ceci étant, et c'est sans doute son point faible, il n'y a pas vraiment de chronologie dans ce portrait riche et foisonnant. À voir ces portraits d'une beauté formelle teintés d'un érotisme troublant, on se dit qu'à l'heure de la vague #MeToo, Newton aurait eu quelques soucis... Néanmoins, et c'est là la force du film, les témoignages d'une volée de modèles (Marianne Faithfull, Grace Jones, Charlotte Rampling, Isabella Rossellini, Claudia Schiffer...) sont aussi précieux qu'éclairants. L'homme travaillait vite, stimulait l'imagination, "était un peu pervers" (dixit Grace Jones) et concédait à qui voulait l'entendre que " même nues, les femmes sont fortes".