"Vivre sa vie", un film sorti en 1962 avec Anna Karina dans le rôle titre, raconte la vie de Nana qui rêve de devenir actrice avant de finir prostituée. Charles Berling y fera entendre la voix de femmes, de la philosophe Simone Weil à la romancière Virginie Despentes.

"Parmi les autres têtes d'affiche du "off" (5-28 juillet), le retour du couple Andréa Bescond et Eric Métayer qui, après "Les Chatouilles", montent cette année une nouvelle pièce au thème sensible et très d'actualité avec l'affaire Vincent Lambert: "Déglutis, ça ira mieux", sur l'accompagnement en fin de vie et le droit à la dignité.

"Les Chatouilles", monologue d'une femme qui a été victime enfant d'abus sexuel, a connu un tel succès au théâtre depuis sa création au "off" en 2014, qu'il a été transposé au cinéma, remportant deux César en 2018. Il sera repris cette année au festival avec une nouvelle actrice.

Une habituée du "off", Virginie Lemoine, présentera entre autres "Quand je serai grand je serai Nana Mouskouri", sur un adolescent foudroyé par la voix de la chanteuse grecque, et reprendra son adaptation de "Suite Française" d'Irène Némirovsky.

Fort du succès de "Adieu Monsieur Haffman" (4 Molières en 2018) sur un bijoutier juif au moment de l'Occupation, Jean-Philippe Daguerre crée "La famille Ortiz".

Compagnies de théâtre indépendantes

Le "off", l'un des plus grands festivals au monde de compagnies de théâtre indépendantes, a par ailleurs annoncé qu'il allait recevoir pour la première fois depuis sa création, une subvention du ministère de la Culture.

Jusque-là autofinancé - à l'exception de 10.000 euros de la mairie d'Avignon - le "off", similaire mais plus petit que le "fringe" d'Edimbourg, va recevoir 40.000 euros, selon son président Pierre Beffeyte. Son budget global est de deux millions d'euros.

"C'est une reconnaissance du +off+ comme lieu de création et non pas seulement comme un +marché+ du spectacle vivant comme on le dit souvent. C'est une très grande et bonne nouvelle", a-t-il indiqué à l'AFP.

Selon lui, ce "geste symbolique est très encourageant", à l'heure où les subventions pour les spectacles vivants connaissent une baisse depuis quelques années.

Le festival, qui se tient parallèlement à l'édition "officielle" du Festival d'Avignon (4-23 juillet), accueille plus de 1.000 compagnies de théâtre par édition, allant de 1 à 12 acteurs.

De nombreux metteurs en scène ont été révélés dans le "off", où le bouche-à-oreille est roi, comme Alexis Michalik, le "golden boy" du théâtre français "né" dans le "off" en 2014. Des pièces comme récemment "Adieu Monsieur Haffman" et "La Machine de Turing" ont remporté un grand succès à Paris.

"On a remis les artistes au centre du festival", précise M. Beffeyte. Il reconnaît toutefois que subsiste le problème de la précarité des jeunes compagnies, certaines s'endettant pour se produire à Avignon.