Sport, mafia et corruption

27/04/12 à 16:15 - Mise à jour à 16:15

Musclé, construit comme un thriller, "Sport, mafia et corruption" s'insinue dans un monde aussi dangereux que peu reluisant. L'innocence ne trouve que bien peu de place dans ce documentaire qui parle corruption et surtout paris truqués.

SPORT, MAFIA ET CORRUPTION, DOCUMENTAIRE DE HERVÉ MARTIN DELPIERRE. ****

Ce mercredi 2 mai à 20h20 sur La Une.

Sport, mafia et corruption

© Imageglobe

Le film d'Hervé Martin Delpierre s'achève sur une plage. Une plage où une poignée d'enfants s'amusent en tâtant du ballon, innocemment. Le symbole est facile, mais il s'emboîte parfaitement dans un documentaire où l'innocence ne trouve que bien peu de place. On y parle en effet corruption et surtout paris truqués. Le football, dans ce contexte, génère à lui seul des milliards d'euros de paris, légaux ou non. La mafia (et tout ce que ce mot peut représenter), impliquée dans tout ce qui draine de l'argent, ne s'est pas laissée prier pour intervenir dans l'énorme business du foot, véritable pan de l'économie de marché à lui tout seul. Le blanchiment d'argent, pratique ancestrale, s'est ainsi trouvé une rampe de lancement idéale avec les paris. Et comme n'importe quels hommes d'affaires, les mafieux préfèrent la certitude d'empocher gros: avec une froide logique, ils font donc pression sur les joueurs pour influencer le résultat des rencontres. Cela se passe souvent dans les petites divisions moins médiatisées. Là, il n'est pas rare de trouver deux Chinois collés à leur téléphone, parmi les quelques spectateurs.

Musclé, construit comme un thriller, Sport, mafia et corruption s'insinue dans un monde aussi dangereux que peu reluisant. Et si nos dernières illusions sur la beauté du geste s'accrochaient avec nostalgie à la glorieuse corniche des exploits du Barça, des Federer ou des petits sports bien sympathiques, elles prennent un sérieux coup de latte avec ce reportage. Un de plus...

Nos partenaires