Rachel, cette militante américaine morte pour la paix au Proche-Orient

06/10/10 à 10:08 - Mise à jour à 10:08

Bouleversant, ce documentaire de Simone Bitton, qui retrace les derniers jours d'une jeune Américaine de 23 ans partie défendre ses idéaux dans la Bande de Gaza, et tuée par un bulldozer israélien.

Rachel, cette militante américaine morte pour la paix au Proche-Orient

© Be TV

Quelle claque dans les dents, encore une, que ce documentaire retraçant les derniers jours d'une vie d'engagement, celle d'une jeune Américaine prénommée Rachel. A 23 ans, cette pacifiste meurt broyée, le 16 mars 2003, sous les assauts d'un bulldozer israélien, à Rafah, dans la bande de Gaza. Elle y militait pacifiquement depuis des mois avec ses compagnons de l'ISM (International Solidarity Movement), à défendre les maisons systématiquement prises pour cibles par Tsahal.

En voulant mettre son corps en opposition entre un bulldozer et la bâtisse d'un docteur qui les accueillait, la jeune femme se rendit compte au dépend de sa vie que la détermination israélienne manquait cruellement de limites.

Simone Bitton, à qui l'on doit notamment le documentaire primé Mur, qui évoquait également le conflit, s'est lancée dans un travail d'enquête de longue haleine, interrogeant la correspondance de Rachel, filmant droit dans les yeux ses compagnons, ses parents, la police militaire israélienne, le médecin légiste, fouillant les archives de Tsahal à la recherche de la vérité de faits. Les soldats avaient-ils aperçu la militante avant de l'écraser ou s'agit-il d'un malheureux accident? On serait malheureusement tenté de répondre "peu importe" tant le destin de Rachel permet à Bitton d'éventer une réalité que l'on ne connaît que par bribes, celle des destructions massives, des vexations et de la terreur délibérée instaurée par Tsahal dans bon nombre de villes palestiniennes.

Goût amer

Son film est rêche, gratté jusqu'à l'os, les émotions font mal au bide et l'on ne peut qu'être fracassé par cette terrible phrase lâchée par l'un des jeunes gars de l'ISM: "Nous étions bien naïfs de croire que notre engagement pourrait changer les choses." On ressort de Rachel avec ce goût amer, celui resté dans un coin de la bouche après la vision de Carlo Giuliani: Raggazo, documentaire évoquant lui aussi la mort tragique d'un gamin porté par ses idéaux. Et tué par une force implacable, un jour de manifestation altermondialiste, à Gênes.

Rachel, 20.45 sur Be Ciné.

Documentaire de Simone Bitton.

Guy Verstraeten

En savoir plus sur:

Nos partenaires