Peur primale

24/08/12 à 16:52 - Mise à jour à 16:52

Ce thriller donne à Richard Gere un des derniers grands rôles, mais c'est Edward Norton qui crève littéralement l'écran pour son tout premier long métrage.

Peur primale

© RTL

THRILLER DE GREGORY HOBLIT. AVEC RICHARD GERE, LAURA LINNEY, EDWARD NORTON. 1996. ***
Ce jeudi 30 août à 22h00 sur RTL TVI.

Chicago est sous le choc de la mort violente de son archevêque, un des grands dignitaires de la ville. Un jeune homme, Aaron Stampler, qui était sous la protection de l'homme d'église et le considérait comme son père de substitution, est accusé du crime. Martin Vail, un avocat brillant et renommé, se porte volontaire pour assurer sa défense. Friand d'exposition et de publicité, le juriste voit le parti qu'il peut tirer d'un procès à grande résonance médiatique. D'autant qu'il perçoit vite comme une évidence la possibilité de faire déclarer innocent un gamin provincial et naïf, dont il ne croit pas lui-même qu'il ait pu commettre un acte aussi horrible que le meurtre de l'archevêque... Bien sûr, le déroulement de la procédure, et ses à-côtés, viendront progressivement brouiller toutes les (souvent fausses) pistes multipliées par un scénario retors à souhait.

Richard Gere est très bien dans le rôle de l'avocat de haut vol. Un de ses derniers grands rôles, en fait... Et Laura Linney (Les Pleins pouvoirs, The Truman Show) lui donne une belle réplique en procureur. Mais c'est Edward Norton qui crève littéralement l'écran. Pour son tout premier long métrage, le futur interprète d'American History X, de Fight Club, de L'Illusionniste et de Moonrise Kingdom crée la sensation avec une performance extraordinaire d'intelligence et d'intensité. Cette création fascinante dans le rôle d'Aaron Stampler a lancé la carrière du jeune comédien natif du Maryland, et alors âgé de 26 ans. Elle est l'atout majeur d'un film qui captive l'attention et réserve bien des surprises. Du bon cinéma de genre, à savourer sans modération et qui fait par endroits bien frissonner.

Nos partenaires