Liesa Van Der Aa, dense avec les loups

06/11/14 à 15:21 - Mise à jour à 15:24

La Flamande dévoile WOTH, deuxième album triple et particulièrement dense où se mêlent pop baroque et envolées électroniques.

Liesa Van Der Aa, dense avec les loups

Liesa Van Der Aa © DR

Liesa Van Der Aa, on en a fait la connaissance il y a une poignée d'années, au détour d'une programmation du festival Deep in the Woods. Étrange alors de retrouver cette Flamande qui mêle torture de ses violons et expérimentations électroniques -avec l'Einstürzende Neubauten Boris Wilsdorf à la production- au milieu de la programmation boisée du petit festival familial. Sauf qu'on a aussi vite fait de tomber amoureux de l'ovni musical qu'elle a enfanté.

Un peu plus de deux ans plus tard, et détour par un EP de covers qui l'a vue reprendre de manière magistrale le Nightclubbing d'Iggy Pop, on retrouve Liesa Van Der Aa avec un projet ô combien ambitieux. Soit un triple album baptisé WOTH, basé sur la cérémonie égyptienne de la Pesée du coeur (Weighing of the Heart, d'où le nom de l'album). Trois disques, autant d'approches et d'interprétations des mêmes titres qui se retrouvent déclinés dans des versions tantôt pop, tantôt baroques, tantôt électroniques, tantôt... un peu tout cela à la fois.

Si a priori, l'entreprise pourrait paraître orgueilleuse (parmi les paroles, des textes lus en égyptien ancien!), elle s'avère toutefois aussi dense que riche et variée. Dur à s'y frayer un chemin, mais une fois décodé, l'album révèle toute son ampleur. Portés par les choeurs de 42 Judges, les expérimentations font place aux mélodies, les trips mystiques font sens et révèlent toute leur musicalité.

Pour y faciliter l'entrée sans doute, Liesa Van Der Aa a extrait trois versions du même morceau, On the Heart, pour en faire autant de clips vidéo à découvrir ci-dessous pour se faire une bonne idée des trois facettes de WOTH.

En savoir plus sur:

Nos partenaires