L'album de la semaine: Abracadabra des Vismets

16/06/14 à 11:08 - Mise à jour à 12:13

Source: Focus Vif

Avec leur 2e album, Abracadabra, les Vismets ont transformé leur électro-rock en un trip pop psychédélique. Et ça leur va bien.

L'album de la semaine: Abracadabra des Vismets

The Vismets © DR

La rencontre se fait à La Mort subite, fameux café bruxellois accroché à l'une des pentes qui mènent au centre-ville. Il y a là Dan Klein, leader du groupe, et Rémy Lebbos, guitariste. Soit deux tiers de Vismets. "Hey, ça fait longtemps, non?" Près de quatre ans en effet qu'on avait disserté autour du premier album des Bruxellois, Gürü Voodoo. Le disque a fait son petit bout de chemin, à la faveur notamment du single Wasted Party. Le groupe a même pointé le nez en dehors des frontières, en insistant sur le territoire français, le disque y étant distribué par Roy, sous-label de feu la major EMI (mais sans que la sauce hexagonale ne prenne vraiment).

A ce moment-là, l'idéal aurait été d'enchaîner. Sauf que la vie d'un groupe rock est tout sauf un long fleuve tranquille. Après la tournée, le quatuor se fera trio: Anthony Klein, le frère de Dan, préfère passer à autre chose -d'autres priorités dans le viseur. Vismets est quitte de l'une de ses pièces essentielles, et même si le cap a toujours été fixé par Dan, le navire tangue. Le capitaine reconnaît: "On était un peu paumés. Il a fallu trouver une nouvelle dynamique entre nous, une autre manière de fonctionner." La donne musicale aussi est redéfinie. La formule gros rock qui claque sur fond de synthés qui tachent a fait son temps. Les Vismets iraient bien voir ailleurs. Mais où? Différentes options sont testées, mais le déclic tarde à se faire... Il faudra des deadlines, et un huis clos dans un home studio planqué dans le Brabant wallon, pour que les idées se décantent. Et notamment, "rester au plus près de l'intention de départ, explique Rémy. Quand j'écoutais les démos de Dan, j'avais l'impression que tout était là. En fait, le but a été d'avoir une production solide, précise, mais en faisant bien attention de ne pas perdre l'esprit des morceaux. Peu importe que tout ne soit pas toujours bien calé, du moment que soit respectée l'énergie originale."

Dans la foulée, le groupe lance un appel à financement sur le Net pour enregistrer le deuxième album. Passer par le crowdfunding s'est généralisé. En musique cependant, il a rarement donné de grands disques, fait-on remarquer... "Je vois très bien ce que tu veux dire, explique Dan Klein. Mais on ne voulait pas s'embarrasser de ce genre de question: est-ce que c'est cool ou pas? Le fait est que le business musical s'est complètement transformé, l'industrie a perdu pas mal de plumes. A côté, il existe de nouvelles opportunités. Dès le départ, on a voulu parier dessus, en se passant par exemple de label -hormis pour la distribution. Pour le nouvel album, on a été mis en contact avec Akamusic (site de financement participatif, ndlr). Au lieu d'intégrer simplement leur plateforme, ils nous ont proposé de créer notre propre page indépendante. On s'est lancés." La barre est placée à 50 000 euros. Fin juillet 2012, le but est atteint. "C'est pas mal de travail, l'air de rien. Dont une partie qui n'a pas grand-chose à voir avec le boulot de musicien. Mais c'est notre choix..."

Coup de poker

C'est aussi un coup de poker: que vont penser les "actionnaires" du nouvel album? Les fans de la première heure vont-ils se retrouver dans la collection printemps-été 2014 des Vismets? "Pour l'instant, les réactions sont plutôt bonnes, personne n'a demandé à se faire rembourser (rires)." En cinq ans, le groupe a pourtant largement muté. Abracadabra risque même d'en déstabiliser quelques-uns. Le disque débute avec Silence Is OK et la citation d'Armstrong: "It's one small step for man, but a giant leap for mankind." En l'occurrence, c'est un pas de géant pour les Vismets, qui à défaut de marcher sur la lune, se paient un bon trip pop psychédélique sixties: du train-fantôme bestial d'Abracadabra au voyage interstellaire de Horsemen, en passant par le coup de soleil à la George Harrison de Writing You A Letter.. . "En même temps, on n'est pas non plus en dehors des clous. Si vous écoutez du rock aujourd'hui, il y a de fortes chances que vous baigniez là-dedans. Des groupes comme Tame Impala, MGMT, Foxygen..." Après l'électro-rock du premier album, le revival sixties du deuxième: à chaque fois, les Vismets hument l'air du temps. Voire surfent dessus? Rémy: "Ce qui est drôle, c'est que les toutes premières démos de Dan, avant même le premier album, ressemblaient déjà à ça. En fait, bizarrement, c'est presque comme un retour aux sources!" Il y a quatre ans, in tempore non suspecto donc, Dan Klein clamait d'ailleurs déjà à qui voulait l'entendre tout son amour pour Pink Floyd. "Au début de mes secondaires, je me suis retrouvé à côté d'un gars, un Polonais qui ne s'était plus coupé les cheveux depuis qu'il avait quitté son pays, deux ans plus tôt. Il était fan de Syd Barrett, m'a filé The Piper at The Gates of Dawn. J'ai complètement halluciné." Peut-il pointer aujourd'hui ce qui l'attire autant dans la musique du "Floyd" et dans la pop psychédélique en général? "Je crois que c'est en partie lié à l'Angleterre. C'est un pays et une culture insulaire qui me fascinent complètement. Mais plus encore, ce sont des disques qui vous emmènent ailleurs, qui vous font rêver. Des univers en soi qui dépassent la musique." Vintage à souhait, Abracadabra plie parfois sous le poids des citations et des influences -mais c'est le cas des trois quarts des groupes de rock actuels. Têtu, assumant pleinement son parti pris, le disque a cependant le mérite de la cohérence. Mieux: régulièrement taxés de pose, les Vismets semblent avoir trouvé ici le costume qui leur va le mieux, celui dans lequel ils se sentent le plus à l'aise. Le plus naturel finalement. Un vrai tour de magie.

VISMETS, ABRACADABRA, DISTRIBUÉ PAR DÖZER/PIAS. EN CONCERT E.A. LE 18/07 À LOUVAIN-LA-NEUVE, LE 19/07 AUX FRANCOS DE SPA, LE 23/08 AU BUCOLIQUE À FERRIÈRES, LE 29/08 À SCÈNE SUR SAMBRE...

En savoir plus sur:

Nos partenaires