Dour n°30, le bilan

16/07/18 à 09:52 - Mise à jour à 11:07

Avec quelque 228.000 personnes réunies pendant cinq jours sur son nouveau site, le festival de Dour a réussi son déménagement, changeant d'air, mais pas d'esprit. Petit débriefing avec son programmateur, Alex Stevens.

Une moyenne de 45.000 spectateurs par jour; 40.000 campeurs; plus de 200 groupes présents (pour une seule annulation)... On peut aligner les chiffres: Dour n'en manque pas. Mais allait-il réussir à préserver cette atmosphère si particulière, alors qu'il quittait les terrils de la Machine à feu? Après cinq jours sur place, sous le cagnard, on peut répondre par l'affirmative. Moins "personnel", mais plus pratique et aéré, le nouveau terrain, planté au milieu d'un champ d'éoliennes, ne manque en effet pas d'atout. Mais surtout, si le décor a changé, les acteurs, eux, sont restés les mêmes. Et c'est sans doute cela le plus important. Car c'est bien le petit peuple de Dour qui est au final le meilleur garant de ce fameux esprit, le gardien de la flamme.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires