Das Pop à l'assaut des cafés bruxellois

16/05/11 à 19:04 - Mise à jour à 19:03

Ce vendredi, Das Pop tenait la barre d'un Brussels Tour survolté dans trois cafés branchés de Bruxelles. Ambiance.

Das Pop à l'assaut des cafés bruxellois

© Jean Mahaux

Ça commençait au café Monk. Place Sainte-Catherine, le quartier flamand. Les quatre Gantois débutent la soirée en terrain conquis, mais ne choisissent pas pour autant la facilité. Le Monk est plein à craquer, les Ricard volent par plateaux et pourtant Das Pop se la joue acoustique. Dans le genre version intimiste, si intimiste qu'on n'entend presque rien du fond du café alors qu'il est impossible de franchir les rangs du public, opeengeplakt als sardientjes. Tant pis, on profitera de loin, une bière à la main.

Cinq chansons et une vingtaine de minutes plus tard, la soirée prend un sacré tournant. La foule (du moins les chanceux qui ont reçu un bracelet estampillé VIP) monte à bord des deux bus anglais affrétés pour l'occasion. Rien à faire, se balader d'un concert à l'autre d'un concert à l'autre en doubledecker a un côté surréaliste qui va très bien à Das Pop.

Une fois arrivé à la Maison du Peuple et la mini soundcheck finie, changement total d'ambiance: si la bande à Bent Van Looy nous a montré son côté sensible au Monk, à Saint-Gilles, ce sera punk ou presque. Comme le public ne suit pas forcément les 3 concerts de la soirée, Das Pop rejoue ses tubes (You et The Game) et balance une série d'autres morceaux, mais avec 13 doses de testostérone en plus. Beau retournement de veste.

Un tour en bus rouge plus tard, et sur le coup de 23h30, le groupe s'est transformé en machine de guerre d'efficacité. Au café Belga de la place Flagey, on prend le meilleur des deux sets et on mélange: arrangements fins et énergie. Parfait pour leur pop classieuse aux couleurs sixties. Et ça, dans l'atmosphère moite du café, c'est la recette idéale pour clôturer la soirée. A moins qu'on ne prolonge au Marquee?

K.D.

En savoir plus sur:

Nos partenaires